Aller au contenu principal

Une étape à maîtriser
“ La mise en bouteille est un vrai challenge ”. Interview de Jacques Beauclair

C’est le moment de faire de la place dans la cave pour accueillir la prochaine vendange ! Jacques Beauclair, directeur d’Embouteillage Services, nous rappelle les étapes que tout opérateur, vigneron ou embouteilleur, doit maîtriser.

Il n’existe aucune norme pour la   matière première des capsules. Le flou sur l’origine est total.
Il n’existe aucune norme pour la matière première des capsules. Le flou sur l’origine est total.
© P. Cronenberger

S’il ne devait rester qu’un seul point critique pour la mise en bouteille, quel serait-il ?

Sans surprise, c’est l’oxygène. L’aspect microbiologique est maintenant bien maîtrisé. Les nouveaux outils de mesure d’oxygène en ligne nous ont permis de prendre conscience des marges de manœuvre existantes, et d’améliorer tant le matériel que les pratiques. Cela passe par une préparation “ douce ” du vin et un inertage maximal de toute la ligne, de la palette de filtration à l’espace de tête juste avant le bouchage ou le capsulage. L’injection d’azote peut être faite dès le rinçage, le jet de gaz permettant aussi l’évacuation des débris. Si le rinçage se fait à l’eau (filtrée à 0,5 µm et injectée à 1,2 bar minimum), l’inertage se fait à la tireuse, avec du matériel plus complexe et donc plus sensible.


Vous parlez de préparation du vin, le terme “ vin prêt à la mise ” fait-il consensus ?

Non, et c’est souvent un sujet de discorde entre le vigneron et le prestataire. Le problème est que la seule turbidité et le seul indice de colmatage ne suffisent pas à être sûr que les filtres ne vont pas se colmater. Et s’il y a colmatage, qui assume le temps perdu ?

Le capsulage à vis est-il aussi bien maîtrisé que le bouchage ?

Le capsulage est un vrai piège, c’est le sujet le plus délicat à aborder. Sur le bouchage, grâce à une dépression de - 0,3 bar, le taux d’oxygène dans l’espace de tête est divisé par quatre, alors qu’avec le capsulage, il est impossible de créer une dépression. On injecte alors de l’azote dans l’espace de tête et sous la capsule. Mais le vrai problème vient de la matière première : il n’existe aucune norme pour les capsules, et le flou sur l’origine est total. Le casse-tête est énorme, car le même revendeur peut proposer sous le même nom des capsules d’origine différente, et les fiches techniques sont rares.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole