Aller au contenu principal
Font Size

La grêle prend la Provence par surprise

Lundi 18 mai vers 17h, un orage de grêle non prévu a frappé la Provence verte. Les dégâts sont hétérogènes, mais certaines parcelles enregistrent 100% de pertes. Le lendemain, un nouvel épisode grêleux a sévi, cette fois sur une zone beaucoup plus localisée. Le Var reste placé en alerte jaune en ce mercredi.

Le 27 avril dernier, des petites billes de glace se sont abbatues dans les Hautes-Corbières. Le 18 mai, c'est en Provence que la grêle a frappé le vignoble.
© Syndicat des Vignerons de l'Aude

Ce lundi après-midi, le tonnerre gronde dans le Var. Jusqu’ici, rien de bien surprenant, Météo France ayant placé le département en vigilance jaune pour risque d’orage. « En revanche la grêle n’était pas du tout annoncée, même par nos stations météo, pourtant très précises », lance Gilles Baudes œnologue associé au sein du cabinet Provence œnologie. La rapidité de formation du phénomène a surpris tout le monde. Des grêlons d’environ un centimètre de diamètre sont tombés sur la ville de Toulon, tandis qu’un peu plus au nord, en plein Provence verte, là ou s’étendent les vignes de l’AOP coteaux varois, ce sont des grêlons allant jusqu’à trois centimètres de diamètre qui ont été relevé. « Il est encore trop tôt pour estimer les dégâts, mais il y aura 80 à 100% de pertes dans certaines parcelles » déplore Gilles Baude. La seule chose à faire sur ces parcelles est de « maintenir la couverture phytosanitaire pour prévenir les attaques de mildiou. »

Lire aussi " Filets antigrêle, les bonnes questions avant l’installation"

Un troisième épisode de grêle pour ce mercredi ?

Près de 24h après, mardi 19 mai, les grêlons se sont à nouveau invités en Provence verte, mais cette fois sur une zone beaucoup plus restreinte, autour de la commune de Brignolles. De nouvelles perturbations sont attendues pour cet après-midi. Le Var ainsi que les Alpes et la Corse sont placés en alerte jaune pour risque d’’orages par météo France. Sévèrement touché par le gel en avril dernier, c’est décidément une campagne particulièrement éprouvante qui se joue actuellement dans ce département.

 

Déjà de nombreuses pertes dues à la grêle dans le vignoble français

Fin avril, L’Entre-Deux-Mers, le Saint-Emilionnais, le Castillonnais et la Dordogne ont enregistré leurs premières pertes. « Selon nos premières estimations, 600 à 800 hectares de vignes seraient touchées à plus de 80% », estime la cellule de crise de la Chambre d’agriculture de la Gironde. Puis le 9 mai, un nouvel épisode a fait quelques dégâts dans le secteur des Graves. Régulièrement touchés par ce phénomène météorologique, la région Nouvelle-Aquitaine et le département de la Gironde ont décidé de financer l’installation de nouvelles stations météo pour lutter plus efficacement contre la grêle. C’est l’Association Départementale d’Étude et de Lutte contre les Fléaux Atmosphériques de la Gironde (ADELFA 33) qui coordonne ce projet.

Quelques 150 ha situés dans les Hautes-Corbières, la plaine du narbonnais et le massif de La Clape ont été touché par la grêle le lundi 27 avril. Autour de Talairan, considéré comme l’épicentre, les pertes s’estiment à 100%, alors que les secteurs plus proches de la côte ont davantage reçu un mélange d’eau et de grêle aux dégâts limités. « Cet épisode est intervenu assez tôt dans la saison, ce qui laisse espérer un rattrapage, et possiblement une récolte en 2020 », rassure Nathalie Mailhac, Chef du Service Viticulture et Oenologie de la Chambre d'Agriculture de l'Aude. En plus de la grêle, de très fortes pluies ont abondé sur le secteur dans la soirée du 27, « parfois jusqu’à 80 mm », selon Nathalie Mailhac. En conséquence, le vignoble est sous haute tension compte tenu de la forte pression mildiou et oïdium qui y pèse.

 Le jour de la fête du travail, c’est la Champagne qui a trinqué. Selon le CIVC, environ 215 ha ont été détruits à 100% dans le département de l’Aisne.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
 © Clovis Michon
Un lavabo dans l'utilitaire pour se laver les mains
Salarié dans les travaux publics, Clovis Michon a installé dans sa fourgonnette un système pour se laver les mains.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole