Aller au contenu principal
Font Size

bordelais, charentes, champagne
La grêle frappe près de 19 000 hectares

Les orages de grêle ont fait des dégâts impressionnants dans le Bordelais et le Cognaçais, certaines parcelles étant touchées à plus de 80 %. La Champagne a pour sa part connu quatre épisodes de grêle, impactant 3 % de sa surface.

Le météo de ce printemps se montre impitoyable.
© J.-C. Gutner

19 000, dont 17 100 dans le Sud-Ouest. C’est au bas mot le nombre d’hectares de vigne touchés par les violents orages de grêle ayant sévi entre fin avril et fin mai. Les estimations datant du 28 et 29 mai font état d’environ 7 100 hectares de touchés dans le Bordelais, de plus de 10 000 hectares sur l’ensemble du bassin Charente-Cognac et de 1 800 en Champagne.

En Gironde, Blaye et Bourg en première ligne

Sur la première zone, la fédération des grands vins de Bordeaux (FGVB) annonce que 3 400 hectares ont été frappés à plus de 80 %, « compromettant la récolte 2018 et, pour certains, la récolte 2019 ». Certaines parcelles sont dévastées, comme le montraient des photos circulant sur les réseaux sociaux, avec toutes les feuilles et inflorescences arrachées. Le Blayais et le Bourgeais paient le plus lourd tribut girondin, avec 5 500 hectares sinistrés, dont 3 000 hectares atteints à plus de 80 %. " Ces deux appellations ont été touchées à plus de 50 %, indique Hervé Grandeau, président de la FGVB. Cela risque d’être compliqué pour leurs marchés. "

Le Médoc a également bien souffert. Il compte 1 200 hectares grêlés ; 400 l’étant à plus de 80 %. 400 hectares ont également été touchés dans l’Entre-deux-Mers. Au final, les dégâts se situent sur environ 5 % de la surface du vignoble girondin. " Cela risque d’entraîner des situations individuelles compliquées, poursuit Hervé Grandeau. Mais de manière globale, cela ne devrait pas impacter les marchés. Et ce d’autant plus qu’ailleurs, il y a une très belle sortie. "

3 500 hectares détruits à plus de 80 % à Cognac

Dans le Cognaçais, l’interprofession (Bnic) fait état de 3 500 hectares détruits à plus de 80 %, les 6 500 autres hectares étant impactés à « des degrés divers ». Les zones ayant le plus souffert se situent majoritairement dans le sud de la Charente-Maritime, les Borderies, l’ouest de Matha et le secteur Rouillacais, précise le Bnic. Et ce, malgré l’activation du réseau antigrêle Anelfa.

1 800 hectares touchés en Champagne

La météo s’est également montrée impitoyable en Champagne. Au 29 mai, l’interprofession champenoise faisait état de 3 % du vignoble touché, sur les quatre épisodes survenus depuis fin avril. Cela représente 1 800 hectares de ravagés, dont 1 000 touchés à 100 %. Les zones les plus impactées sont les Coteaux Vitryats, la Côte des Bars et la Vallée de la Marne. " Mais sur les 1 000 hectares touchés à 100 %, 700 se situent dans la Côte des Bars ", pointe Thibaut Le Mailloux, responsable communication de l’interprofession. Heureusement, malgré les gels de 2016 et 2017, le niveau de la réserve correspond à 61 % d’une année de récolte. Les vignerons impactés pourront donc la débloquer pour pallier les manques.

Les responsables professionnels se sont, pour la plupart, exprimés sur la nécessité de mettre en place des mesures d’accompagnement, et notamment le chômage partiel, l’activation d’un dispositif d’assistance par la MSA, la garantie par l’État de prêts de consolidation bancaire, ou encore la mise en place de conventions de mise à disposition. Interpellé à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert a annoncé que « le gouvernement a entendu l’appel qui lui a été fait, et nous prendrons bien évidemment les mesures qui s’avèrent nécessaires ».

Le Sud-Est également touché

Nombre d’orages se sont également abattus dans le sud-est de la France. Dans la Vallée du Rhône, la grêle a touché 250 hectares sur l’AOP lubéron, essentiellement autour de Bonnieux, et sur certains secteurs d’Apt et de Lacoste. Quelques zones de l’Hérault et de l’Aude, essentiellement situées dans le Minervois et le Limouxin, ont également été impactées. À l’heure où nous écrivons, une estimation des dégâts était en cours.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole