Aller au contenu principal

bordelais, charentes, champagne
La grêle frappe près de 19 000 hectares

Les orages de grêle ont fait des dégâts impressionnants dans le Bordelais et le Cognaçais, certaines parcelles étant touchées à plus de 80 %. La Champagne a pour sa part connu quatre épisodes de grêle, impactant 3 % de sa surface.

Le météo de ce printemps se montre impitoyable.
© J.-C. Gutner

19 000, dont 17 100 dans le Sud-Ouest. C’est au bas mot le nombre d’hectares de vigne touchés par les violents orages de grêle ayant sévi entre fin avril et fin mai. Les estimations datant du 28 et 29 mai font état d’environ 7 100 hectares de touchés dans le Bordelais, de plus de 10 000 hectares sur l’ensemble du bassin Charente-Cognac et de 1 800 en Champagne.

En Gironde, Blaye et Bourg en première ligne

Sur la première zone, la fédération des grands vins de Bordeaux (FGVB) annonce que 3 400 hectares ont été frappés à plus de 80 %, « compromettant la récolte 2018 et, pour certains, la récolte 2019 ». Certaines parcelles sont dévastées, comme le montraient des photos circulant sur les réseaux sociaux, avec toutes les feuilles et inflorescences arrachées. Le Blayais et le Bourgeais paient le plus lourd tribut girondin, avec 5 500 hectares sinistrés, dont 3 000 hectares atteints à plus de 80 %. " Ces deux appellations ont été touchées à plus de 50 %, indique Hervé Grandeau, président de la FGVB. Cela risque d’être compliqué pour leurs marchés. "

Le Médoc a également bien souffert. Il compte 1 200 hectares grêlés ; 400 l’étant à plus de 80 %. 400 hectares ont également été touchés dans l’Entre-deux-Mers. Au final, les dégâts se situent sur environ 5 % de la surface du vignoble girondin. " Cela risque d’entraîner des situations individuelles compliquées, poursuit Hervé Grandeau. Mais de manière globale, cela ne devrait pas impacter les marchés. Et ce d’autant plus qu’ailleurs, il y a une très belle sortie. "

3 500 hectares détruits à plus de 80 % à Cognac

Dans le Cognaçais, l’interprofession (Bnic) fait état de 3 500 hectares détruits à plus de 80 %, les 6 500 autres hectares étant impactés à « des degrés divers ». Les zones ayant le plus souffert se situent majoritairement dans le sud de la Charente-Maritime, les Borderies, l’ouest de Matha et le secteur Rouillacais, précise le Bnic. Et ce, malgré l’activation du réseau antigrêle Anelfa.

1 800 hectares touchés en Champagne

La météo s’est également montrée impitoyable en Champagne. Au 29 mai, l’interprofession champenoise faisait état de 3 % du vignoble touché, sur les quatre épisodes survenus depuis fin avril. Cela représente 1 800 hectares de ravagés, dont 1 000 touchés à 100 %. Les zones les plus impactées sont les Coteaux Vitryats, la Côte des Bars et la Vallée de la Marne. " Mais sur les 1 000 hectares touchés à 100 %, 700 se situent dans la Côte des Bars ", pointe Thibaut Le Mailloux, responsable communication de l’interprofession. Heureusement, malgré les gels de 2016 et 2017, le niveau de la réserve correspond à 61 % d’une année de récolte. Les vignerons impactés pourront donc la débloquer pour pallier les manques.

Les responsables professionnels se sont, pour la plupart, exprimés sur la nécessité de mettre en place des mesures d’accompagnement, et notamment le chômage partiel, l’activation d’un dispositif d’assistance par la MSA, la garantie par l’État de prêts de consolidation bancaire, ou encore la mise en place de conventions de mise à disposition. Interpellé à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert a annoncé que « le gouvernement a entendu l’appel qui lui a été fait, et nous prendrons bien évidemment les mesures qui s’avèrent nécessaires ».

Le Sud-Est également touché

Nombre d’orages se sont également abattus dans le sud-est de la France. Dans la Vallée du Rhône, la grêle a touché 250 hectares sur l’AOP lubéron, essentiellement autour de Bonnieux, et sur certains secteurs d’Apt et de Lacoste. Quelques zones de l’Hérault et de l’Aude, essentiellement situées dans le Minervois et le Limouxin, ont également été impactées. À l’heure où nous écrivons, une estimation des dégâts était en cours.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Gel : Les vignobles méridionaux trinquent
Les premières estimations de pertes de récolte dans les vignobles de la moitié sud de l’Hexagone se font connaître après un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole