Aller au contenu principal

DROITS DE PLANTATION
La gestion des droits de plantation en question

Le rapport de Catherine Vautrin, députée de la Marne, sur les droits de plantation préconise leur maintien dans le cadre d’une gestion interprofessionnelle. La filière française est partagée.

PLANTATIONS DANS LE BORDELAIS.
La députée de la Marne, Catherine
Vautrin, a lancé un pavé dans la mare
en proposant de confier aux
interprofessions la gestion
des droits de plantation
PLANTATIONS DANS LE BORDELAIS.
La députée de la Marne, Catherine
Vautrin, a lancé un pavé dans la mare
en proposant de confier aux
interprofessions la gestion
des droits de plantation
© P. Cronenberger

La proposition du rapport de Catherine Vautrin concernant les droits de plantation n’a pas provoqué de réactions en masse dans la filière. Seule la CNAOC a réagit, y voyant “ un nouveau plaidoyer en faveur du maintien des droits de plantation ”. Mais s’agit-il seulement d’une nouvelle position favorable à ce système de maîtrise de la production ? Pas si sûr. En préconisant une gestion interprofessionnelle, la députée de la Marne reprend une des positions défendues par le négoce. Et ce n’est pas pour plaire à la production qui aurait certainement préféré que le rapport n’attaque pas aussi directement son pré carré.

Une marge de manoeuvre mince

Cependant, il est crucial de trouver uneligne de conduite commune à toute lafilière française car la marge de négociationà Bruxelles pour le maintien des droits de plantation est mince. Pour l’instant, la Commission européenne reste ferme sur ses positions actées dans l’OCM adoptée en 2007 qui prévoit de supprimer les droits de plantation en 2015. Elle a également fait savoir qu’elle ne souhaitait pas rouvrir le débat viticole dans le cadre de la réforme de la PAC. Il faudra donc faire du forcing pour obtenir l’ouverture de nouvelles discussions. À commencer par appeler les États européens, restés pour l’instant plutôt en retrait sur la question, à prendre position sur le sujet. L’Allemagne, seule, a fait connaître son souhait de voir se proroger le système actuel par la voix de sa chancelière Angela Merkel. En France, Bruno Lemaire, ministre de l’Agriculture, a rejoint la position allemande ; mais Nicolas Sarkozy est resté muet aux appels de la filière — la CNAOC et les Vignerons indépendants en tête — l’invitant à prendre parti.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

La matériel de désherbage développé par la société Zasso fonctionne en envoyant un courant électrique à travers les plantes.
Bilan d’une saison de désherbage électrique en vigne
Sylvain Philip, vigneron gardois, a investi en février dans l’un des tout premiers matériels de désherbage électrique intercep de…
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône« J'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
[TAILLE DE LA VIGNE] « Malgré le gel, j'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône, a repris une parcelle non-taillée en avril 2021. Elle a gelé comme ses…
Vignoble côte du Rhône
Production mondiale de vin : la France tombe à la troisième place du podium
Les aléas climatiques, nombreux et intenses en 2021, ont pénalisé la production viticole européenne et particulièrement française…
Le gobelet palissé avec juste deux releveurs permet d'adapter le haut de la vigne aux conditions du millésime. Port retombant en cas de sécheresse, rognage en cas d'humidité.
[TAILLE DE LA VIGNE] « J’adapte mes gobelets palissés selon la météo »
Flavien Nicolas, vigneron à Cairanne, dans le Vaucluse, a planté des vignes en gobelet avec deux fils releveurs, pour s'adapter…
Lors de l'utilisation d'un tracteur enjambeur, il est important de vérifier, en fonction de l'outil attelé, dans quelles conditions de pente (inférieure à 15, 35 ou 50 %) l'engin peut évoluer, afin de garantir que l'arceau de sécurité protégera l'opérateur en empêchant de partir en tonneau.
Tracteurs enjambeurs : l’homologation antirenversement ankylose les livraisons
Bon nombre de constructeurs de tracteurs enjambeurs ont réduit momentanément leur catalogue. La cause est multifactorielle.
[TAILLE DE LA VIGNE] "Changer de mode de taille lors de la conversion bio nous a permis de stabiliser les rendements"
Julien Cuisset, vigneron au Château Grinou, en Dordogne, est passé à la non-taille palissée afin de ne pas amputer ses rendements.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole