Aller au contenu principal

Pratiques oenologiques
La France néglige l'OIV

L’organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) est peu investie par les professionnels français. Pourtant s’y prennent des résolutions aux répercutions directes sur le quotidien des vignerons.

© OIV

« Honnêtement, les professionnels de la filière vin sont très peu présents au sein de l’OIV » admet Jérôme Despey, président de Viniflhor. « Il faut que les politiques se préoccupent des avis travaillés au sein de l’OIV et rendent des arbitrages sur les sujets ». Lors du dernier Conseil spécialisé de Viniflhor, une présentation de l’Organisme a été faite aux professionnels qui ont presque découvert l’importance de l’OIV, située pourtant à Paris à quelques pas des sièges de certains syndicats de la filière. L’implication des professionnels dans cet organisme s’avère d’autant plus déterminante aujourd’hui que l’ influence de l’OIV au sein de l’Union européenne devrait être confortée par la nouvelle OCM (Organisation commune des marchés). Bruxelles prévoit en effet que les normes de l’OIV fassent l’objet d’une reprise simplifiée et quasi-automatique par la réglementation européenne. Cela dans le but d’accélérer la transcription dans le droit européen qui jusque-là n’était pas très réactive aux décisions de l’OIV.

Pour illustrer l’importance des normes de l’OIV sur le quotidien des vignerons, l’exemple des techniques soustractives membranaires sur lesquelles tournent de nombreuses discussions actuelles est significatif. Il s’agit de techniques qui permettent de séparer chacun des constituants du vin et donc de les réassembler par la suite. Cette éventualité pose la question de la définition du vin et de sa banalisation. Le produit issu de la recomposition des constituants du vin est-il toujours du vin ? Peut-on utiliser de l’eau du vin pour mouiller du vin ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole