Aller au contenu principal
Font Size

Pratiques oenologiques
La France néglige l'OIV

L’organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) est peu investie par les professionnels français. Pourtant s’y prennent des résolutions aux répercutions directes sur le quotidien des vignerons.

© OIV

« Honnêtement, les professionnels de la filière vin sont très peu présents au sein de l’OIV » admet Jérôme Despey, président de Viniflhor. « Il faut que les politiques se préoccupent des avis travaillés au sein de l’OIV et rendent des arbitrages sur les sujets ». Lors du dernier Conseil spécialisé de Viniflhor, une présentation de l’Organisme a été faite aux professionnels qui ont presque découvert l’importance de l’OIV, située pourtant à Paris à quelques pas des sièges de certains syndicats de la filière. L’implication des professionnels dans cet organisme s’avère d’autant plus déterminante aujourd’hui que l’ influence de l’OIV au sein de l’Union européenne devrait être confortée par la nouvelle OCM (Organisation commune des marchés). Bruxelles prévoit en effet que les normes de l’OIV fassent l’objet d’une reprise simplifiée et quasi-automatique par la réglementation européenne. Cela dans le but d’accélérer la transcription dans le droit européen qui jusque-là n’était pas très réactive aux décisions de l’OIV.

Pour illustrer l’importance des normes de l’OIV sur le quotidien des vignerons, l’exemple des techniques soustractives membranaires sur lesquelles tournent de nombreuses discussions actuelles est significatif. Il s’agit de techniques qui permettent de séparer chacun des constituants du vin et donc de les réassembler par la suite. Cette éventualité pose la question de la définition du vin et de sa banalisation. Le produit issu de la recomposition des constituants du vin est-il toujours du vin ? Peut-on utiliser de l’eau du vin pour mouiller du vin ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole