Aller au contenu principal

La filière embouteillage mobile se structure autour de l'Aprem

La mise en bouteille à la propriété est synonyme de qualité, d’authenticité et de traçabilité pour le consommateur.
La mise en bouteille à la propriété est synonyme de qualité, d’authenticité et de traçabilité pour le consommateur.
© P. Cronenberger

Réunissant quatorze entreprises, l’Aprem (Association pour la promotion de l’embouteillage mobile) représente aujourd’hui près de 75 % des outils mobiles de conditionnement du Grand Sud. “ Notre métier est devenu un maillon essentiel de la filière car nous embouteillons un tiers de la production de vin du Sud de la France ”, indique Jacques Beauclair, président de l’Aprem. En créant cette association, ses adhérents souhaitent communiquer sur leur métier qu’ils estiment méconnus. “ La notion de mise en bouteille à la propriété est synonyme de qualité, d’authenticité et de traçabilité pour le consommateur. Pour autant, celui-ci ignore ce qui se cache derrière cette notion et n’imagine pas qu’une véritable usine se déplace chez les vignerons pour mettre en œuvre de la haute technologie. C’est de plus un métier à risque. Nous sommes les garants d’une vraie traçabilité et pour autant, nous n’apparaissons pas sur l’étiquette. Nous ne souhaiterions pas continuer à être les éternels absents alors que nous nous engageons de manière très forte auprès de nos clients ”, poursuit Jacques Beauclair. L’Aprem veut également travailler sur le volet juridique afin de définir de façon plus précise ses engagements auprès de ses clients. “ Notre environnement devient de plus en plus difficile et compliqué sur un plan juridique. La moindre erreur se paye cash. Nous avons besoin d’établir des documents contractuels, des cahiers des charges, des conditions générales de vente pour un partage des responsabilités plus clair. Tous réunis au sein de l’Aprem, les embouteilleurs mobiles pourront être plus forts et mettre au point une ligne de conduite sans doute plus incontournable. ”

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Gel : Les vignobles méridionaux trinquent
Les premières estimations de pertes de récolte dans les vignobles de la moitié sud de l’Hexagone se font connaître après un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole