Aller au contenu principal

Court-Noué
La dévitalisation n’est pas une solution définitive

Les essais menés par l’Inra et l’Entav à Châteauneuf du Pape montrent que la dévitalisation ne fait que repoussé la contamination de quelques années.

« Notre objectif était d'étudier le deux techniques de lutte contre le court noué : la désinfection et la dévitalisation » a indiqué Olivier Jacquet de la chambre d'agriculture du Vaucluse lors des 12ème rencontres rhodaniennes organisées par Inter Rhône. Cet essai montre que la dévitalisation permet de repousser de quelques années la contamination. Il a débuté en 1995 par la dévitalisation de la moitié de la parcelle d'étude. L'année suivante, les techniciens ont procédé à la désinfection sur certaines parties de la parcelle. Le dichloropropène et l'aldicarbe ont été utilisés. Sur les parties de parcelles simplement dévitalisées, la re-contamination apparaît en 2000 et s'intensifie jusqu'à atteindre 40% de contaminations en 2007. Sur la partie désinfectée, les contaminations apparaissent en 2002 pour atteindre un niveau de contamination proche de 40% en 2007.

Une seule parade : la dévitalisation

« Aujourd'hui, la dévitalisation est  quasiment la seule solution opérationnelle. Elle paraît indispensable à mettre en place sur les vignobles contaminés » poursuit Olivier Jacquet. En effet, l'aldicarbe vient d'être interdit et le dichloropropène est sur la sellette. Son utilisation pourrait être supprimée en 2009. « Il convient maintenant d'étudier deux solutions alternatives : le métam sodium ainsi que le DMDS qui a reçu une autorisation provisoire sur de nombreuses cultures pour la campagne 2008/2009 ». Le DMDS est une molécule qui entre dans la composition des alliacées (ail, oignon...). « Reste à évaluer leur efficacité et étudier les moyens techniques d'incorporation dans le sol ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Glyphosate : seuls les usages sur le cavaillon et dans les parcelles non-mécanisables seront maintenus en vigne
Après trois ans de suspense, les conditions de restriction du glyphosate sont enfin précisées. Il restera autorisé dans les…
L'élévateur de vendange a remplacé six porteurs.  © Alabeurthe
[VIDEO] Un tapis élévateur pour mécaniser la vendange manuelle
Depuis 2019, Michel Laroche est équipé d’un tapis élévateur sur tracteur enjambeur pour remplacer les porteurs.
Le mildiou produit ses œufs en associant deux types sexuels différents et utilisent une hormone pour y arriver. Cela ouvre la voie à une potentielle lutte par confusion. © Inra
Lutter contre le mildiou par confusion sexuelle ?
Un groupe de chercheurs français vient de faire une découverte importante sur les gènes du déterminisme sexuel du mildiou, ce qui…
Le fort pouvoir mellifère de la phacélie est un précieux allié dans les cultures. © Jouffray-Drillaud
La phacélie, une plante alliée du vignoble
La phacélie est une plante utilisée dans certains mélanges d’engrais verts viticoles pour son très fort pouvoir mellifère et sa…
Cinq questions sur les analyses de résidus de pesticides dans les vins menées par l'association Alerte aux toxiques
La publication le 15 septembre dernier des résultats d’analyse de résidus de pesticides dans 22 vins dont une majorité certifiés…
Les teintures-mères utilisées pour l'isothérapie ont été réalisées à partir d'organes de vignes atteints par le mildiou. © CAB
Homéopathie en vigne, des effets ponctuels
L’homéopathie et l’isothérapie ont été testées dans le Val de Loire. Il en ressort des premières conclusions assez intéressantes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole