Aller au contenu principal

La détection de la flavescence dorée de la vigne s’automatise

Aujourd’hui réalisée par des opérateurs à pied, la lutte obligatoire contre la flavescence dorée va probablement s’automatiser dans les prochaines années. Des solutions expérimentales devraient être commercialisées prochainement.

Chouette propose deux niveaux de lutte contre la flavescence dorée : moins précise, celle par avion est plus économique et permet de réduire la zone à prospecter à pied.
Chouette propose deux niveaux de lutte contre la flavescence dorée : moins précise, celle par avion est plus économique et permet de réduire la zone à prospecter à pied.
© Chouette

Le périmètre de lutte obligatoire contre la flavescence dorée concerne près 600 000 hectares. Malgré l’obligation de détection, seule une minorité de cette surface est passée au peigne fin. La principale raison est qu’elle se fait manuellement, mobilise beaucoup de personnel, n’ayant pas toujours l’œil aguerri, et ceci en période de vendange. Afin de faciliter la détection en cette période mobilisatrice, des solutions sont développées pour l’automatiser. Parmi elles, celles de RGX Systems et de Chouette.

Il y a plus de trois ans, nous avions rencontré la start-up maralpine RGX Systems, basée à Valbonne, qui expérimentait sa caméra hyperspectrale embarquée Agrio.

 

 
Le système de détection Agrio, de RGX Systems, s'installe dans la cabine de la machine à vendanger. Il a gagné en robustesse et est sur le point d'être commercialisé. © L. Vimond
Depuis, les campagnes d’essais se sont poursuivies et la solution s’est perfectionnée. « L’année dernière, nous avons testé et validé la caméra et les algorithmes d’analyse sur 150 hectares, confie Boyan Nedeltchev, qui codirige RGX Systems avec son frère Alexandre. Cette année, nous souhaitons déployer la solution sur d’autres vignobles français et d’autres cépages. En effet, nous constatons une variabilité importante des symptômes d’un cépage à l’autre. »

 

Une caméra hyperspectrale chez RGX Systems

Sur le principe, le système Agrio de RGX Systems se compose d’une caméra embarquée dans une machine à vendanger, filmant dans le visible et l’infrarouge. Les images sont ensuite analysées par de gros serveurs par de l’intelligence artificielle, de type machine learning, afin de repérer les variations de couleurs symptomatiques de flavescence dorée. « Nous sommes aujourd’hui capables de détecter des signes qui ne sont pas visibles à l’œil nu », explique Boyan Nedeltchev.

S’en suit une cartographie précise géolocalisant les ceps contaminés. Sur une application, le viticulteur peut ensuite retrouver à l’aide de son smartphone les pieds concernés et les arracher.

Depuis 2018, la solution a gagné en robustesse. « Les pieds atteints que l’on ne détectait pas en début de vendange, car trop en avance par rapport à l’apparition des symptômes, le sont aujourd’hui, explique le dirigeant. Les phases critiques de changement de luminosité (alternance soleil/nuage, crépuscule, aurore) sont aujourd’hui maîtrisées. L’étalonnage est aussi beaucoup plus simple. Le but est que ce soit le plus transparent possible pour le chauffeur. Il fixe la caméra en cabine au début des vendanges pour l’enlever une fois qu’elles sont achevées. » S’il le souhaite, il pourra l’installer sur un tracteur ou un autre véhicule après les vendanges pour une seconde lecture, soit lors d’un passage à vide ou lors de travaux d’automne.

Une solution moins chère que la prospection à pied

S’il est encore trop tôt pour une commercialisation, prévue au Vinitech 2022, le dirigeant informe que l’équipement ne coûtera que quelques milliers d’euros, auxquels s’ajouteront un abonnement et un coût par lecture, dont les tarifs ne sont pas encore fixés. « Il faut que la solution reste accessible, estime Boyan Nedeltchev. Son retour sur investissement devrait être rapide, car il n’y a plus à mobiliser de la main-d’œuvre en grande quantité pendant la vendange, dont la vigilance fluctue inévitablement avec la fatigue. La solution n’implique pas de passage spécifique et permet de lire rapidement des surfaces importantes. Et tous les rangs sont passés au crible. » Ce système permettra de réduire les quantités de produits insecticides de lutte contre le vecteur de la flavescence. Et, sur le long terme, cela limitera le nombre de pieds arrachés grâce à une analyse de tous les vignobles concernés par l’obligation de lutte, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.

La start-up niçoise entame un virage important, celui du passage de la phase de recherche à celle de la réalité commerciale. RGX Systems cherche donc à lever des fonds, ainsi qu’un partenaire industriel pour produire l’équipement en série.

Deux niveaux de détection chez Chouette

De son côté, Chouette propose deux niveaux de détection. Le premier est réalisé à grande échelle à l’aide d’un avion et permet de prospecter plusieurs centaines, voire milliers d’hectares. « Par ce moyen, nous détectons les symptômes flavescents, explique Charles Nespoulous, cofondateur et dirigeant de Chouette. Parmi les pieds décelés, un certain nombre d’entre eux seront de faux positifs. En revanche, il y aura très peu de faux négatifs. » Cette méthode permet ainsi de contrôler très rapidement, à un tarif de moins de 10 euros à 20 euros par hectare (dégressif avec la surface), une grande surface et de limiter la prospection à pied. En 2021, 5 000 hectares ont été contrôlés de la sorte, avec une réduction de la zone à prospecter manuellement, très variable d’un secteur à l’autre.

La seconde solution proposée par Chouette consiste en une caméra RGB, c’est-à-dire analysant le spectre de la lumière visible, embarquée sur le tracteur ou la machine à vendanger. « Avec une résolution d’un pixel pour un 1 mm², l'échelle beaucoup plus fine de lecture nous permet de détecter avec plus d’exactitude. C'est peut-être encore un peu moins précis que les experts les plus chevronnés, mais bien plus que la grande majorité des opérateurs saisonniers qui réalisent la prospection aujourd’hui », confie le dirigeant. Ce dernier ne précise pas les tarifs de cette prestation, qui rentrera prochainement en phase de commercialisation. « C’est plus cher naturellement que la mesure par avion, mais moins cher qu’une prospection à pied, explique Charles Nespoulous. Comme c’est embarqué sur la machine à vendanger qui sillonne tous les rangs, cela ne mobilise pas le personnel qui peut être employé à des tâches à plus grande valeur ajoutée. »

 

 
Travaillant de jour comme de nuit, la caméra embarquée sur machine à vendanger affiche une résolution fine de 1 pixel par millimètre carré. © Chouette
Cette proxidétection est efficace sur les cépages rouges, mais montre dans les blancs une variabilité importante dans la précision, dépendante du cépage. Chouette a entamé la démarche auprès des autorités de l’État pour faire homologuer cette solution comme une alternative efficace en mesure de remplacer la prospection à pied, qui reste encore la seule solution validée dans le plan de lutte.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les éoliennes verticales que construit Denis Marchand sont constituées de pales métalliques qui animent un mât. Ce dernier est relié à un alternateur.
[Astuce] « J’ai confectionné une éolienne pour mon exploitation »
Denis Marchand est agriculteur à Avançon, dans les Hautes-Alpes, et fabrique ses propres éoliennes pour son exploitation. Voici…
Le conseil stratégique est un moment d'échange avec le vigneron, qui permet de poser un diagnostic et de donner des orientations pour améliorer l'utilisation des phytos.
Pensez à demander votre conseil stratégique avant de risquer votre Certiphyto
La loi impose aux viticulteurs qui ne sont ni en bio ni en HVE de justifier de deux conseils stratégiques phytosanitaires en cinq…
Huit variétés de vigne s'ajoutent au classement
Lors du Conseil spécialisé vin de FranceAgriMer du 12 juillet, huit variétés de vigne à raisins de cuve ont reçu un avis…
En 2021, 2 % des vignes ont changé de mains en 9 410 transactions, pour un total de 1 milliard d'euros. Le prix moyen d'un hectare de vigne en AOP varie de 6 000 euros en AOP coteaux d'ancenis à plus de 7 000 000 euros en AOP bourgogne grand cru en Côte-d'Or.
Le prix des vignes fait le grand écart
Le bilan des ventes de terres viticoles en 2021 dressé par le groupe Safer montre des situations toujours plus hétérogènes quant…
Prix des vignes en France
Quel prix des vignes par bassins viticoles et AOP en 2021 ? Retrouvez le barème indicatif
Le ministère de l’agriculture vient de publier un barème indicatif pour le prix des vignes en 2021, par bassins viticoles et AOP.
En cas de présence de symptômes de mildiou, il faudra  continuer à effectuer des traitements préventifs avant de nouvelles pluies pour éviter des recontaminations.
Optimiser le cuivre face au mildiou de la vigne
Du fait de leur toxicité sur les microorganismes du sol et les organismes aquatiques, les traitements cupriques doivent être…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole