Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Oenologie
La dégustation olfactive est-elle une supercherie ?

Selon certains chercheurs, le sens olfactif ne serait pas fiable mais largement influençable par la vision. De là à remettre en cause le résultat de la dégustation de vin, il n´y a qu´un pas.


Doit-on encore accorder quelque crédit aux conseils des sommeliers les plus prestigieux et autres dégustateurs émérites ou chevronnés ? A en croire les résultats d´études menées par l´Inra Montpellier (Gil Morrot) et la faculté d´oenologie de Bordeaux (Frédéric Brochet) sur la perception olfactive lors d´une dégustation de vin, le doute est permis. « L´odeur perçue n´est pas un objet réel, explique Gil Morrot, chercheur à l´Inra. L´objet perçu est totalement reconstruit par le cerveau à partir d´informations multiples non olfactives ». Ainsi, la simple vision, la renommée ou le prix d´un vin influenceraient la perception olfactive d´un individu. Des expériences menées par l´Inra à l´aide de techniques IRM (Imagerie par résonance magnétique) tendraient à monter que des zones spécifiques du cerveau, clairement définies, répondent aux sollicitations de bruit et de vue.

Mais, par contre, soumis à une stimulation olfactive, le cerveau laisse apparaître sur les clichés IRM des tâches éparses, montrant que l´olfaction fait intervenir des zones variées, très différentes d´une personne à une autre. Cette utilisation de l´IRM a en fait découlé de nombreuses observations parfois troublantes. Ainsi, l´Inra et le CNRS ont remarqué qu´en matière d´analyse lexicale, moins de 5 % du vocabulaire olfactif est commun entre vin rouge et vin blanc.

Les sommeliers égaux des novices en olfaction
Pourtant, lors de dégustations à l´aveugle, le pourcentage de réussite ne dépasse pas 60 à 70 % dans la différenciation rouge/blanc. « Soit pas vraiment plus que les 50 % dus au hasard », constate Gil Morrot. Les termes descriptifs employés sont également révélateurs de la dépendance du dégustateur vis-à-vis des informations dont il dispose sur le vin en question.
Cela est particulièrement flagrant pour la vision. Sont alors employés souvent des noms d´objets et plus particulièrement d´objets clairs pour décrire les vins blancs (litchi, pamplemousse, pêche.) et d´objets rouges (fruits rouges, framboise, griotte.) pour les vins rouges. Ainsi, « croyant faire de l´olfaction, nous faisons en réalité de la vision, poursuit Gil Morrot. Notre cerveau semble l´interpréter pour nous renvoyer la perception que nous voulons sentir ».

L´approche neurophysiologique de l´Inra semble ainsi n´être qu´aux balbutiements de la compréhension de l´olfaction chez l´homme. D´autant que certaines expériences restent sidérantes comme celles concernant la dégustation triangulaire olfactive qui consiste à identifier parmi trois verres, celui qui contient un vin différent des deux autres. Ainsi, aucune différence significative dans la perception olfactive n´a été décelée entre grands sommeliers parisiens et simples étudiants novices en la matière. Ces 10 « grands » sommeliers confrontés encore à 18 vins étaient ensuite censés les reclasser dans leur grande région française d´origine. La moyenne de leurs erreurs d´attribution a été proche de 13 et un sommelier s´est même trompé 18 fois sur 18 ! Pourtant, ils pouvaient non seulement sentir mais également voir. et même goûter les différents vins.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

La boarmie et une chenille arpenteuse qui se confond avec le bois ou les vrilles. © IFV Alsace
La boarmie, mange-bourgeon de la vigne
La boarmie est un mange-bourgeons qui peut attaquer la vigne du stade gonflement des bourgeons jusqu’au stade une feuille étalée…
L'entreprise CME a dévoilé au Sitevi sa gamme d'étiquettes vertes. La plupart sont biodégradables et compostables. © J. Gravé
Matières sèches dans le vin: l'écoconception à tous les étages
Il suffit d’un tour dans les allées du Sitevi pour en faire le constat : l’écoconception a le vent en poupe. Tour d’horizon des…
Laurent Rousseau, des Vignobles Rousseau en Gironde a choisit d'être audité via l'option A. Le contrôle de la mise en place des mesures agroécologiques comme l'enherbement est donc un passage obligatoire.
Comprendre la démarche HVE
La Haute valeur environnementale et son acronyme HVE, de toute la filière, mais de quoi s’agit-il vraiment ? Éléments de réponse.
Les drones en viticultures sont principalement utilisés pour réaliser des cartographies montrant l'indice de végétation NDVI des parcelles. © BIVB
Zoom sur les capteurs de végétation
La viticulture de précision est rendue possible par le développement des capteurs. Voici un point sur leur mode de fonctionnement…
Première édition en vue pour le salon VinEquip
La première édition de VinEquip aura lieu à Mâcon, du 24 au 26 mars 2020. L’événement compte combler enfin l’attente d’un salon…
La certification HVE étape par étape
Que votre décision soit prise ou que vous hésitiez encore, voici dans l’ordre tout ce qu’il faudra faire pour obtenir le précieux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole