Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Actions syndicales
La défense du revenu au cœur des préoccupations

Lors de la rencontre avec le ministre de l’Agriculture, Michel Barnier, les professionnels ont émis une série de propositions pour défendre le revenu des vignerons. Au cœur des revendications : le sauvetage de la DPI.

L’abaissement du plafond de la DPI a 15 000 euros remet en question la capacité du vigneron a financé un stock important et à rotation lente.
L’abaissement du plafond de la DPI a 15 000 euros remet en question la capacité du vigneron a financé un stock important et à rotation lente.
© P. Cronenberger

Michel Barnier l'avait promis à l'annonce du plan de modernisation : il ferait un point sur l'état de la filière. Et force est de constater le 27 novembre, jour de rendez vous avec les représentants de la filière que la situation économique des ne s'est pas améliorée. C'est ce que la délégation des professionnels a expliqué au ministre en lui proposant une série de mesures pour améliorer la santé financière des exploitations viticoles. Les revendications ont notamment porté sur la volonté du gouvernement de réduire la déduction pour investissement (DPI) à 15 000 euros contre 26 000 euros auparavant. « L'AGPV est très inquiète devant l'intention du gouvernement. La viticulture est particulièrement dépendante de la DPI, puisque c'est le seul dispositif dont elle dispose pour financer les stocks. Une telle évolution reviendra à alourdir la fiscalité des exploitations, ce qui est particulièrement malvenu dans le contexte économique et financier actuel » indique l'Association générale de la production viticole (AGPV). Et de ne pas toucher au plafond de la DPI, ce qui doit être débattu nationalement car la question touche les autres productions agricoles. Ces dernières n'ont pas toutes intérêts à ce qu'il soit relevé, ce qui conduit la FNSEA a réclamé un plafond à 18 500 euros.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les Français boivent davantage de vin pendant le confinement
L'Association européenne des économistes du vin (EuAWE) et la Chaire Vins et Spiritueux de l’INSEEC U ont mené une enquête auprès…
La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques
Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise…
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité
Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des…
Le nombre de vignerons en biodynamie croit de plus de 10% par an. Les deux marques qui se proposent pour certifier la démarche offrent quelques différences. Leur fusion n'est pas envisagée pour l'instant. © J.-C. Gutner/Archives
Viticulture en biodynamie : une démarche, deux marques
La biodynamie a le vent en poupe depuis quelques années. Les vignerons qui veulent s’engager dans la démarche ont le choix entre…
Le gouvernement débloque 30 M€ pour accompagner la mise en place des ZNT
Un fonds national doté d’un budget de 30 millions d’euros va prochainement être débloqué pour soutenir les investissements des…
La grêle prend la Provence par surprise
Lundi 18 mai vers 17h, un orage de grêle non prévu a frappé la Provence verte. Les dégâts sont hétérogènes, mais certaines…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole