Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

En Champagne, la coopération soutient le portage du foncier

France Valley Champagne est le nom d’une nouvelle société foncière dont la création, officialisée le 11 avril, est soutenue par la fédération des coopératives vinicoles de Champagne (FCVC). Cette structure est portée par une société de gestion parisienne spécialisée dans les actifs fonciers, France Valley, qui s’investit déjà dans le monde rural à travers des GFA forestiers. Son pendant en Champagne s’adressera aux particuliers, qui pourront alors investir dans des parts de foncier local.

Si la foncière champenoise n’a pas vocation à être le seul levier de soutien pour les producteurs du cru, son envergure est inédite. « La foncière France Valley Champagne sera un outil parmi d’autres – tels que les GFA – dans ce domaine, précise Éric Potié, président de la fédération des coopératives de la région. Mais cela se déroulera sur des niveaux plutôt importants, puisque l’on prévoit de porter une dizaine de millions d’euros de foncier par an. » L’outil s’adresse à tous les exploitants champenois, aussi bien coopérateurs que producteurs en caves particulières.

L’enjeu est crucial puisque le territoire viticole champenois est très morcelé. La parcelle moyenne mesure 12 ares, ce qui équivaut à une surface moyenne de 2,5 hectares par producteur. « Beaucoup d’exploitants sont preneurs de vignes à bail », explique Éric Potié. Et selon les données 2018 de la Safer, l’hectare moyen en AOC affiche une valeur d’1,1 million d’euros. Le tout dans un contexte de changement de génération chez les producteurs.

Le portage se fera en lien avec le syndicat général des vignerons de Champagne (SGV). France Valley départagera les candidats et apportera les fonds, après un travail de sélection par un comité paritaire composé du SGV, de la FCVC et la Safer. « Les vignes doivent être louées afin de ne pas interférer sur le marché du foncier libre, et la transaction ne doit pas représenter une 'vente de confort' pour le vigneron", souligne Éric Potié, qui promet « une visibilité quasi complète sur les transferts de parts dans la foncière ». Un dossier est déjà en cours d’étude dans ce cadre : l’exploitant travaille 1,60 hectare de vigne et son propriétaire souhaite vendre 1,10 hectare d’un seul tenant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Vous aimerez aussi

Vignette
Les côtes de gascogne montent en douceur

Toujours dynamique, l’IGP du Sud-Ouest qui produit 85 % de blanc ne se contente plus de se développer à…

Vignette
Le vin rosé a encore du potentiel
Les rencontres internationales du rosé, qui se sont déroulées à Marseille en janvier, ont été l’occasion de faire le point sur un…
Vignette
Des barriques tatouées par un professionnel
Depuis plus de vingt ans, Yannick Meziani exerce avec passion le métier de tatoueur dans son salon du centre de Nevers. Il y a…
Vignette
La haute valeur environnementale en quête de notoriété
Les planètes semblent alignées pour un développement de la certification HVE, mais elle doit séduire les consommateurs à l’heure…
Vignette
" 2018 comblera les amateurs de bordeaux "
Les crus classés de Bordeaux dévoilent cette semaine leur millésime 2018 après une campagne pour le moins chaotique. Décryptage…
Vignette
Les vins du Roussillon voient leur avenir à l’export
Le vignoble des Pyrénées-Orientales entend faire de la singularité de ses vins une force pour conforter la bonne valorisation de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole