Aller au contenu principal
Font Size

Prophylaxie
La confusion sexuelle fait recette en Champagne

Première région protégée par la confusion sexuelle, la Champagne s’enorgueillit de l’implication collective de ses viticulteurs pour cette méthode de lutte. Le conseil général veut la développer davantage.

Une centaine de vignerons ont participé à une journée de pose de RAK collectif
Une centaine de vignerons ont participé à une journée de pose de RAK collectif
© Ladybird

Pas moins de 9000 hectares sont désormais protégés par la confusion sexuelle en champagne, soit 25 % du vignoble. L'année dernière, le taux de couverture était de 22 %, selon le Syndicat des vignerons champenois. Cette large utilisation des capsules RAK fait de la région champenoise la première région utilisatrice. Pour faire valoir l'implication des vignerons, le CIVC a organisé le 29 avril une journée de communication sur cette méthode de lutte. Pas moins de XXXX étaient présents. Le président du conseil général René-Paul Savary qui s'était déplacé pour l'occasion, a déclaré : « il appartient au conseil général que les conditions socio-économiques soient réunies pour que ce type de méthode se développe ». Un petit coup de pouce financier serait ainsi en pourparlers.

Encore peu développée en France

Il faut dire que les mesures d'accompagnement de la méthode sont rarissimes en France où la méthode reste confidentielle. L'année dernière 21500 hectares ont été confusés dans l'Hexagone, soit 2 % du vignoble. C'est peu au regard de l'Allemagne où 60 % des 102 000 hectares que comptent le vignoble est protégé contre les tordeuses par confusion. Reste que le vignoble allemand bénéficie de systèmes de subventions dans la plupart des länder, indique BASF. À titre d'exemple, une aide de 15 euros/ha/an a été accordée à partir de 2005 aux viticulteurs qui s'engageaient dans la démarche. En France, les viticulteurs reçoivent peu de soutien. À l'exception du « conseil général du Maine et Loire qui vient de décider d'octroyer une subvention (...) pour 2010, 2011 et 2012 », précise BASF.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Selon les réglages, les brosses viennent plus ou moins lécher les pieds de vigne. © Boisselet
La brosse rotative intercep travaille en surface
Cet outil de travail du sol intercep permet un désherbage sous le rang tout en limitant les risques d’érosion.
Ecoceps
L'Ecocep revient sur le marché des interceps viticoles
Un an après la fermeture de CGC Agri, trois anciens salariés ont repris le brevet de l'Ecocep pour relancer cet outil de travail…
vinitech-sifel 2018
Le salon Vinitech-Sifel confirme la tenue de son édition 2020
La 22e édition du Vinitech-Sifel aura bien lieu du 1er au 3 décembre au parc des expositions de Bordeaux.…
La reconnaissance de « vins naturels » par Paris serait-elle contraire au droit européen ?
Les autorités françaises ont-elles l’intention de contourner la réglementation européenne en créant une nouvelle dénomination…
 © TikTok/ranjeet32432
Fixer aisément la barre du troisième point
L’astuce du mois nous vient des réseaux sociaux. Une idée pour attacher la barre de poussée du troisième point du tracteur d’une…
 © DR
Diag’Pulvé, un outil pour estimer la qualité d’application avec son smartphone
Pour mesurer rapidement la qualité de la pulvérisation, un projet de recherche appliquée dénommé Diag’Pulvé (1) vient…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole