Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Prophylaxie
La confusion sexuelle fait recette en Champagne

Première région protégée par la confusion sexuelle, la Champagne s’enorgueillit de l’implication collective de ses viticulteurs pour cette méthode de lutte. Le conseil général veut la développer davantage.

Une centaine de vignerons ont participé à une journée de pose de RAK collectif
Une centaine de vignerons ont participé à une journée de pose de RAK collectif
© Ladybird

Pas moins de 9000 hectares sont désormais protégés par la confusion sexuelle en champagne, soit 25 % du vignoble. L'année dernière, le taux de couverture était de 22 %, selon le Syndicat des vignerons champenois. Cette large utilisation des capsules RAK fait de la région champenoise la première région utilisatrice. Pour faire valoir l'implication des vignerons, le CIVC a organisé le 29 avril une journée de communication sur cette méthode de lutte. Pas moins de XXXX étaient présents. Le président du conseil général René-Paul Savary qui s'était déplacé pour l'occasion, a déclaré : « il appartient au conseil général que les conditions socio-économiques soient réunies pour que ce type de méthode se développe ». Un petit coup de pouce financier serait ainsi en pourparlers.

Encore peu développée en France

Il faut dire que les mesures d'accompagnement de la méthode sont rarissimes en France où la méthode reste confidentielle. L'année dernière 21500 hectares ont été confusés dans l'Hexagone, soit 2 % du vignoble. C'est peu au regard de l'Allemagne où 60 % des 102 000 hectares que comptent le vignoble est protégé contre les tordeuses par confusion. Reste que le vignoble allemand bénéficie de systèmes de subventions dans la plupart des länder, indique BASF. À titre d'exemple, une aide de 15 euros/ha/an a été accordée à partir de 2005 aux viticulteurs qui s'engageaient dans la démarche. En France, les viticulteurs reçoivent peu de soutien. À l'exception du « conseil général du Maine et Loire qui vient de décider d'octroyer une subvention (...) pour 2010, 2011 et 2012 », précise BASF.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
Les rendez-vous de la rentrée à ne pas manquer
De septembre à mars prochain, de nombreux rendez-vous professionnels vont se dérouler. Petit rappel des dates à noter sur les…
[Vidéo] Le solex est de retour pour une balade « à la cool » dans le vignoble alsacien
Portail réussir
Deux roues, un moteur. Pas de vitesse, pas de performance. C'est une « balade pépère », en Solex, que propose Vadrouille Solex à…
Vignette
Les chambres d’agriculture dévoilent leur plan stratégique

Les chambres d’agriculture ont dévoilé cet été leur projet stratégique pour la période 2019-2024. L’assemblée permanente des…

Vignette
Les crémants jouent collectif pour progresser à l’export
Alors que le marché français des effervescents est jugé mature, les huit appellations françaises de crémant veulent se promouvoir…
Vignette
Les Vignerons ardéchois s’engagent à protéger la faune
L’Union des vignerons ardéchois a annoncé la signature d’une convention de partenariat avec la Ligue pour la Protection des…
Vignette
Vers une modulation du travail du sol en temps réel
Le capteur SoilXplorer de CNH établit des cartographies de variabilité intraparcellaire des sols et pilote en direct les outils…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole