Aller au contenu principal

Entretien avec Michel Roumégoux
" La concurrence entre les différentes catégories de vin n’est pas un sujet "

Michel Roumégoux, auteur du rapport Vin/Vin 2020 paru en 2008.
Michel Roumégoux, auteur du rapport Vin/Vin 2020 paru en 2008.
© DR

À la demande de Stéphane Le Foll, les responsables professionnels doivent réfléchir à un plan
stratégique à l’horizon 2020. Michel Roumégoux, ancien député-maire de Cahors, avait remis à Michel Barnier en décembre 2008, un rapport intitulé Vin/Vin 2020, Plan stratégique de valorisation de la filière vitivicole française à l’horizon 2020. Ses propositions peuvent-elles encore inspirer la filière ?

 

Votre rapport définissait des urgences, notamment concernant la place du vin dans la société française…


C’était l’une des propositions qui avaient le mérite de ne rien coûter. Force est de constater,
qu’aujourd’hui, la reconnaissance publique du vin en France n’a pas beaucoup évolué. J’avais proposé de donner à tous les ministres concernés des éléments de langages pour leur permettre de défendre une vision positive du vin sans avaler leur chapeau, ministre de la Santé compris !


Vous parliez d’un pacte de croissance à l’export. Que peut-on en dire aujourd’hui ?


Il y a toujours un gros travail à accomplir. Nous abandonnons trop de marchés aux Espagnols, au Nouveau monde. Pourtant, nous n’avons ni limites quantitatives, ni limites technologiques pour offrir aux marchés ce qu’ils attendent.
Il est contreproductif de ne pas proposer des vins en vrac plus qualitatifs à l’export. La concurrence entre les différentes catégories de vin (AOP, IGP…) n’est pas le sujet.


Sur certains points notifiés dans votre rapport, il y a eu des avancées…

 

Trop peu à mon goût. Mais des choses ont bien progressé comme par exemple l’œnotourisme, sous la pression stimulante et pédagogique du conseil supérieur de Paul Dubrule. J’avais également souhaité que des analyses stratégiques soient proposées aux vignerons en caves particulières. Vous me dites que cet outil est à leur disposition aujourd’hui, tant mieux !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

La matériel de désherbage développé par la société Zasso fonctionne en envoyant un courant électrique à travers les plantes.
Bilan d’une saison de désherbage électrique en vigne
Sylvain Philip, vigneron gardois, a investi en février dans l’un des tout premiers matériels de désherbage électrique intercep de…
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône« J'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
[TAILLE DE LA VIGNE] « Malgré le gel, j'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône, a repris une parcelle non-taillée en avril 2021. Elle a gelé comme ses…
Vignoble côte du Rhône
Production mondiale de vin : la France tombe à la troisième place du podium
Les aléas climatiques, nombreux et intenses en 2021, ont pénalisé la production viticole européenne et particulièrement française…
Le gobelet palissé avec juste deux releveurs permet d'adapter le haut de la vigne aux conditions du millésime. Port retombant en cas de sécheresse, rognage en cas d'humidité.
[TAILLE DE LA VIGNE] « J’adapte mes gobelets palissés selon la météo »
Flavien Nicolas, vigneron à Cairanne, dans le Vaucluse, a planté des vignes en gobelet avec deux fils releveurs, pour s'adapter…
Lors de l'utilisation d'un tracteur enjambeur, il est important de vérifier, en fonction de l'outil attelé, dans quelles conditions de pente (inférieure à 15, 35 ou 50 %) l'engin peut évoluer, afin de garantir que l'arceau de sécurité protégera l'opérateur en empêchant de partir en tonneau.
Tracteurs enjambeurs : l’homologation antirenversement ankylose les livraisons
Bon nombre de constructeurs de tracteurs enjambeurs ont réduit momentanément leur catalogue. La cause est multifactorielle.
[TAILLE DE LA VIGNE] "Changer de mode de taille lors de la conversion bio nous a permis de stabiliser les rendements"
Julien Cuisset, vigneron au Château Grinou, en Dordogne, est passé à la non-taille palissée afin de ne pas amputer ses rendements.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole