Aller au contenu principal
Font Size

Champagne
La chasse aux goûts réduits

La maison Moët & Chandon a étudié les paramètres viticoles et œnologiques qui influent la formation de « goût réduit » dans les vins de base. Les progrès sont flagrants.

A l’occasion du 8ème Forum de Davayé sur la maîtrise des goûts de réduit, Marc Brévot a dévoilé la stratégie mise en place par Moët & Chandon pour réduire ces problèmes dans les vins de base champenois.
A l’occasion du 8ème Forum de Davayé sur la maîtrise des goûts de réduit, Marc Brévot a dévoilé la stratégie mise en place par Moët & Chandon pour réduire ces problèmes dans les vins de base champenois.
© M. Koralewski

Plusieurs années d'essais ont permis à la maison champenoise de mettre le doigt sur les paramètres viticoles et œnologiques qui réduisent l'apparition des goûts de réduit dans les vins. « Partant du constat que ce défaut progressait dans nos vins, nous avons lancé en 2004 un projet de développement sur la maîtrise de la réduction des goûts réduits » explique Marc Brévot, Chef de projet développement œnologie chez Moët & Chandon, au cours du 8ème Forum œnologique de Davayé qui s'est tenu en février dernier. Tout un plan d'essai à la vigne et en cave a été mis en place. La traçabilité a permis de constater que les vins réduits provenaient de parcelles dont les teneurs en azote des sols étaient les plus basses. Des essais de fertilisations ont donc été lancés de 2006 à 2008. « Sur les chardonnay les résultats ont été probants. La fertilisation a eu un effet sur la teneur et la qualité de l'azote des moûts. En dégustation, les goûts réduits ont diminué de 65% et la qualité a augmenté de 35% », explique le chef de projet.

De faibles turbidités mais pas de réduction

D'autres paramètres ont aussi été étudiés. Plus la dose de sulfitage des moûts est élevée plus le risque de réduction augmente. « Pour le débourbage, les turbidités faibles obtenues par nos pratiques ne génèrent pas de réduction dans nos vins » poursuit Marc Brévot. La complémentation en azote des moûts a été aussi évaluée, et les apports fractionnés seraient plus efficaces. Enfin les traitement curatifs peuvent atténuer le problème « mais notre volonté est de prévenir l'apparition des goûts réduits et non de devoir traiter un problème installé », précise-t-il. D'autres pistes sont encore à l'étude notamment l'influence de la température de fermentation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
Pour les prochaines vendanges, la MSA recommande notamment d' éviter le travail face à face, d'organiser les départs en décalé et que chaque salarié conserve son seau et son sécateur pour l’utilisation, l’entretien et le nettoyage.  © J.- C. Gutner
Préparer les vendanges en contexte Covid
Dans le contexte sanitaire actuel, l’organisation des vendanges devra sans doute être adaptée pour prendre en compte le risque de…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole