Aller au contenu principal

Vallée du Rhône
La cave de Vacqueyras crée une société de négoce

La cave coopérative vient de créer une SA de commercialisation. Un projet de société de service à la commercialisation commune avec la cave de Mont Tauch est également sur le point d’aboutir.

La cave coopérative de Vacqueyras qui produit 3,5 millions de col par an pour un chiffre d’affaires de 13,5 millions d’euros a mis fin à son activité de distribution. C’est une SA à part entière qui reprend cette activité, un choix stratégique qui s’accompagne également du désengagement de la cave dans la SICA de commercialisation où elle était partie prenante avec la cave de Baume de Venise. La SA commercialisera en plus des douze appellations produites par la cave, les vins de la cave de Saint-Marc ainsi que d’autres vins d’appellation : tavel, château-neuf ou encore croze-hermitage. « Notre objectif est de proposer une gamme complète de vins de la zone méridionale du Rhône pour les circuits grande distribution, traditionnel France et export » indique Pascal Duconget, directeur de la cave coopérative qui assure par ailleurs, vouloir garantir des prix aux producteurs « dans la moyenne des dix structures rhodaniennes qui rémunèrent le mieux le vin ».

Association trans-régionale


Sur le point d’aboutir, un projet innovant avec la cave de Mont Tauch va également renforcer la commercialisation des produits de la cave de Vacqueyras. Il s’agit de la création du société de merchandising. En clair : une société qui aura pour vocation de suivre les produits référencés en GD sur trois régions : Lyon, Paris et le Nord de la France. Sa mission : augmenter la distribution numérique des vins et améliorer la rotation des produits en linéaires. « Nous souhaitons ouvrir cette société de merchandising à d’autres régions viticoles comme la région bordelaise, la Bourgogne ou le Val de Loire » indique Pascal Duconget.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole