Aller au contenu principal
Font Size

Jérôme Despey prône l’assurance climatique obligatoire

L’été a été ponctué de nombreux épisodes de grêle. Le président du Comité vin de FranceAgriMer veut rendre obligatoire le système assurantiel.

Pour Jérôme Despey l’assurance 
obligatoire est le seul moyen de réduire les coûts et de ne laisser aucun exploitant sans solution en cas de pépin.
Pour Jérôme Despey l’assurance
obligatoire est le seul moyen de réduire les coûts et de ne laisser aucun exploitant sans solution en cas de pépin.
© J.-C. Gutner

Je suis affolé par l’ampleur des dégâts provoqués par le climat ”, a affirmé, le 28 août, Jérôme Despey. L’impact est tel que le président pense très sérieusement à une assurance récolte obligatoire pour la vigne. Une idée qui n’a pas que des partisans, loin de là. Mais l’année 2013 pourrait en convaincre bon nombre. Elle a été particulièrement dure en France, avec des vignobles touchés dans une très large proportion, notamment par la grêle : vouvray, entre-deux-mers, de même qu’en Bourgogne, Gironde, Dordogne, Midi-Pyrénées, Sud-Ouest... Des centaines d’hectares ravagés, parfois l’essentiel d’une appellation comme pour le vouvray, rappelle Jérôme Despey. Ce qui d’ailleurs fera de 2013 une année de petite production.
Face à cela, les viticulteurs sont souvent dans une impasse et n’ont que leurs yeux pour pleurer. En effet, seule une faible proportion de la surface est assurée (100 000 hectares sur 800 000 hectares selon FranceAgriMer) alors que la viticulture ne bénéficie plus de l’intervention du Fonds de garantie contre les calamités agricoles (FNGCA). “ L’offre d’assurance n’est pas adaptée ”, regrette Jérôme Despey. Selon lui, elle est chère, compliquée, avec des seuils et franchises mal adaptés. Parfois, lorsque des coopératives mutualisent les contrats, la proportion de ceux qui s’assurent est plus élevée. Mais c’est rarement le cas. En plus, l’État ne cesse de réduire son soutien destiné à alléger le coût de l’assurance : 125 millions d’euros en 2011, 100 millions en 2012, 77 millions en 2013.
Jérôme Despey est donc convaincu qu’il faut envisager un système d’assurance obligatoire. Pour lui, c’est le seul moyen de réduire les coûts et de ne laisser aucun exploitant sans solution en cas de pépin.

Dans le Beaujolais, le système assurantiel sauve les exploitations


Alors que la rÉcolte 2012 en beaujolais avait ÉtÉ diminuÉe par des aléas climatiques, la santé économique des exploitations n’est pas aussi désespérée que les prévisions le laissaient entendre. Les annonces les plus pessimistes avaient été formulées. “ De nombreuses exploitations sont assurées, ce qui leur a permis de passer l’année ”, souligne Frédéric Laveur, président de l’ODG beaujolais. La hausse des prix et la rareté de l’offre sont venus également soutenir les exploitations en difficultés, qui ont pu liquider leurs stocks 2010 et 2011. La prochaine récolte, qui s’annonce moyenne, débute sur une note optimiste grâce à l’absence de stocks, notamment sur les vins de garde.

Marion Ivaldi

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
Pour les prochaines vendanges, la MSA recommande notamment d' éviter le travail face à face, d'organiser les départs en décalé et que chaque salarié conserve son seau et son sécateur pour l’utilisation, l’entretien et le nettoyage.  © J.- C. Gutner
Préparer les vendanges en contexte Covid
Dans le contexte sanitaire actuel, l’organisation des vendanges devra sans doute être adaptée pour prendre en compte le risque de…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole