Aller au contenu principal

Installer Anagrus Atomus dans les vignes pour gérer les cicadelles vertes

Les rangées de rosiers permettent d'accueillir des populations d'Anagrus atonus, qui parasitent les cicadelles vertes.
© D. Sorgniard
Qui est Anagrus atomus ?

Anagrus atomus est un microhyménoptère qui réside sur des espèces végétales diverses, dont le cornouiller, le noisetier et les rosacées. Il parasite plus de 34 espèces de cicadelles, dont Empoasca vitis, la cicadelle verte de la vigne. Il pond ses œufs dans ceux de son hôte, qui avortent alors. L’intérêt pour ce parasitoïde dans la lutte contre les cicadelles vertes ne date pas d’aujourd’hui. En Gironde, à la fin des années quatre-vingt-dix, Bertrand Sutre, de Biovitis, avait mis en œuvre des essais avec des lâchers annuels d’Anagrus atomus. « Les résultats étaient intéressants, avec un taux de parasitisme de 50 %, témoigne-t-il. Mais nous avons été freinés dans notre projet par un coût estimé à 150 €/ha et par la difficulté à trouver des investisseurs pour produire Anagrus atomus. »

Comment l’installer dans les vignes ?

Dans le cadre du programme national Écophyto, une expérimentation a été mise en place en Val de Loire en 2014. Elle se déroule sur l’exploitation du lycée viticole d’Amboise, sur une parcelle de 0,5 ha de côt, cépage très sensible, où sont implantés deux rangs de rosiers tous les sept rangs de vigne. « Les rosiers font partie des plantes hôtes et sont parfaitement intégrés au paysage viticole, souligne Didier Sorgniard, directeur de l’exploitation du lycée viticole d’Amboise. L’objectif de l’expérimentation est de réguler les cicadelles et d’atteindre un équilibre qui ne soit pas préjudiciable à la vigne », précise-t-il.

Quelles sont les perspectives de cette lutte biologique ?

« Les piégeages que nous avons réalisés montrent que les populations d’Anagrus atomus augmentent et que ce parasitoïde semble vouloir s’installer grâce à la présence des rosiers. Nous avons également observé qu’il parasite effectivement les larves de cicadelles, observe Guillaume Delanoue de l’IFV d’Amboise. Il est en revanche trop tôt pour savoir si la présence de l’insecte suffit pour maîtriser les cicadelles vertes en année normale, car la pression parasitaire a été très faible ces trois dernières campagnes. » L’expérimentation va donc se poursuivre encore pendant cinq ans afin de valider l’intérêt d’une lutte biologique avec Anagrus atomus.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Salons de matériel viticole 2022 : les 7 innovations les plus marquantes
Sival, Agrovina, Viti-Vini, Sima, Vinitech… Nous avons couvert de nombreux salons viticoles durant l’année 2022, et y avons…
Bahco, Arvipo et Mage proposent des sécateurs électriques avec une batterie intégrée dans le manche.
Sécateurs électriques viticoles : le sans-fil se taille une place dans les vignes
Le Vitilab a testé pour nous trois sécateurs électriques sans fil du marché. Ces outils ont tous donné satisfaction mais visent…
Les 10 nouveautés équipements viticoles qu'il fallait découvrir au Sival 2023
Le Sival 2023 réserve son lot de nouveautés. Petite sélection concernant le monde viticole.  
Selon les données de l'Axema, Fendt a immatriculé le plus grand nombre de tracteurs spécialisés en 2022, rétrogradant New Holland à la seconde place. Kubota reprend sa place de troisième à Same.
Immatriculations des tracteurs spécialisés 2022 - Fendt retrouve la première place
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2022 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Romain Henrion, consultant viticole, apprécie le rapport qualité/prix des sécateurs sans fil.
Les sécateurs électriques sans fil se déploient dans les vignes
Les premiers sécateurs sans fil commencent à se faire une place dans les vignes. Leurs utilisateurs plébiscitent le très bon…
Christophe Lardière, responsable des propriétés de Jean-Luc Thunevin, à Saint-Émilion, en Gironde, a confectionné une petite fourche pour planter ses 1 000 complants tous les printemps.
Astuce | « J’ai bricolé une fourche pour complanter les ceps de vigne », Christophe Lardière, responsable des propriétés chez Jean-Luc Thunevin
Christophe Lardière, responsable des propriétés chez Jean-Luc Thunevin à Saint-Émilion, en Gironde, a confectionné une petite…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole