Aller au contenu principal

Il réalise des portraits de vins

D’abord cuisinier, Thierry Moyne est aujourd’hui peintre. Avec son premier métier il a développé une forme de dégustation basée sur le ressenti qu’il décline désormais pour peindre et reconnecter le vin avec sa terre d’origine.

Thierry Moyne peint des « portraits de vin » en pratiquant la dégustation créative. C’est ainsi qu’à travers son geste de peintre, il traduit l’émotion ressentie quand il se confronte à un vin. Il cherche à y capter l’énergie que la terre d’origine a transmise au vin par la vigne, et que le vigneron a exprimée et « enfermée » dans la bouteille.

Dégustations créatives et sensorielles sont distinctes

« Les calligraphes chinois du XVIe siècle disaient qu’il fallait « boire du vin » pour être présent à l’écriture, explique Thierry Moyne. Cet état d’entre-deux est intéressant pour laisser s’exprimer ce que l’on ressent. Il se situe juste avant l’état d’euphorie qui lui n’a rien d’intéressant pour l’acte créatif. Avec la dégustation créative, je cherche à entrer dans cet état sensible pour laisser parler le vin. En outre, cette dégustation créative n’a rien à voir, non plus, avec la dégustation sensorielle par laquelle on apprend juste à analyser un vin. »

Avant de devenir peintre Thierry Moyne a officié pendant de nombreuses années comme cuisinier d’un restaurant. Rien ne le prédestinait à devenir peintre mais c’était sans compter sur son insatiable besoin d’expérimenter. Un jour il comprend que ses idées de plats lui viennent non par des déductions associées à l’analyse sensorielle mais par des images. Un ami peintre à qui il confie ce constat lui parle pour la première fois de dégustation créative et lui suggère d’élargir l’expérience à la peinture. Incrédule, car il ne sait pas dessiner, il se lance pourtant dans les exercices de la méthode « dessiner avec son cerveau droit » développée par Betty Edwards qui vise à élargir le côté intuitif de la création.

Découvrez aussi les oiseaux en marquants de vigne d'Olivier Paulin

« Je suis en quelque sorte le pinceau du vin. Je peins le portrait du vin avec les terres de la vigne qui l'a porté »

 © J. Genée
© J. Genée

Très naturellement la peinture prend le pas sur la cuisine et Thierry Moyne poursuit ses recherches pour aller encore plus loin dans l’expression de la mémoire de la terre. Chacun de ses portraits de vin débute par la rencontre du vigneron qui l’a produit. Puis vient le prélèvement de la terre qui a porté ce même vin. Thierry Moyne, qui vit à Arbois, a découvert la diversité des sols jurassiens grâce aux ouvrages du géologue Michel Campy. Qu’il s’agisse de marnes noires, rouges, grises, vertes ou violettes, ou de calcaires, Thierry Moyne les utilise comme pigments pour ses peintures. Quant au vin, il devient solvant et pour les liants, il utilise toujours des composés organiques. La réalisation des peintures à l’atelier est jalonnée de rituels. Ainsi il peint en général au coucher du soleil et utilise toujours le même verre en terre pour déguster les vins au moment d’exécuter leur portrait. Il a récemment pris le temps d’expliquer sa démarche artistique à travers une exposition dénommée « Mémoires de terres, vin et créativité » présentée en 2020 au musée de la Vigne et du vin du Jura à Arbois.

Découvrez une visite virtuelle de l'exposition sur : arbois.fr/musee-de-la-vigne-et-du-vin-du-jura.htm

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les rotors à axe horizontal et fils sont les plus plébiscités par les viticulteurs pour la tonte sous le rang.
Bien choisir ses tondeuses interceps
Afin de répondre à la demande croissante de tonte du cavaillon de la vigne, les solutions techniques se multiplient. Voici les…
Florian Brusseau : « Cette solution combinant désherbages mécanique et chimique nous est apparue comme le meilleur compromis débit de chantier, efficacité et impact environnemental. »
« Je désherberai chimiquement juste autour des vignes avec mon porte-outils interceps »
Florian Brusseau compte utiliser son porte-outils comme support de désherbage chimique. Il n’appliquera ses herbicides qu’au…
John Deere renouvelles ses tracteurs vignerons et fruitiers.
John Deere - Les tracteurs spécialisés plus puissants et plus confortables
John Deere dévoile la nouvelle génération de tracteurs vignerons et fruitiers. 
Astuces viti-vinicoles : le top 10 de la rédaction
Une bêche roulante, une laveuse de caisses à vendange ou encore une station météo. Voici les dix bricolages viti-vinicoles qui…
L'oïdium se développe de façon sournoise sur les grappes. Une fois installé, il est difficile de s'en défaire, d'où l'importance de prendre en compte la lutte indépendamment de celle du mildiou.
Les bons conseils face à l’oïdium en viticulture
L’oïdium surprend toujours les viticulteurs, au Nord comme au Sud. Voici quelques retours d’expérience pour le gérer au mieux.
Prix des vignes 2021 : les 5 points essentiels
La Fédération nationale des Safer a publié son bilan annuel du prix des terres agricoles pour 2021. En nombre de transactions…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole