Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Filière
Il n’y aura pas d’interprofession unique

Contrairement aux injonctions du ministre, les professionnels s’opposent à l’avènement d’une interprofession unique par bassin de production. L’heure serait plutôt à la discussion, à la concertation et aux conventions. Dans le meilleur des cas.

L'Alsace tout comme la Champagne ont tellement de spécificités qu'elles pourraient se suffire à elles-mêmes. Ce qui n'est pas forcément le cas des autres régions.
L'Alsace tout comme la Champagne ont tellement de spécificités qu'elles pourraient se suffire à elles-mêmes. Ce qui n'est pas forcément le cas des autres régions.
© P. Cronenberger

Il est urgent d'agir, avait signifié le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, le 18 novembre 2009. « Cela fait des années que l'on discute sur les interprofessions, il faut agir ». Et en finir avec le  nombre « déraisonnable » d'interprofessions pour les vins à AOC. Ce qui, traduit en chiffres, revient à passer des 26 interprofessions existantes à 10, soit une par bassin de production. A la profession de se structurer et gare à la punition législative dans la prochaine loi de modernisation agricole, avait encore mis en garde le ministre Il semblerait bien que nous n'en soyons plus là. Et que l'avènement d'une interprofession par bassin soit remisé aux prochaines calendes grecques. Jérôme Despey, président du conseil spécialisé vins à FranceAgriMer, chargé par le ministre d'une mission sur le sujet, ne s'y est pas trompé. Il sera difficile d'en arriver à une telle structuration de la filière. Il a d'ailleurs demandé un délai supplémentaire d'un mois pour rendre les conclusions de sa mission (ce qui devrait être fait courant mars) qui ne pourront que contredire les propos qui se voulaient définitifs, d'un ministre, qui, après les élections régionales, ne le sera peut-être plus. «En tout cas, l'expression du ministre et de ma lettre de mission auront au moins permis de se poser des questions sur la structuration et l'évolution des interprofessions. Car il se passe des choses en région. Mais je l'avais dit au ministre. Les choses ne sont pas mathématiques : avoir une interprofession unique par bassin ne sera pas possible car chacun de ces derniers a son histoire, son terroir, ses différences.». Mais, poursuit, Jérôme Despey, il n'empêche que dans certaines régions, des évolutions sont indispensables. Et sont déjà en route, assure le Cniv (Comité national des interprofessions des vins à AOC). « Un mouvement de rationalisation du travail en commun est en cours dans les régions. Néanmoins, si créer des bassins de production était une bonne idée, elle n'a pas forcément donné satisfaction compte tenu de l'arbitraire qui a présidé dans la fixation de leurs frontières. On a voulu créer un système où les gens n'étaient pas prêts à travailler ensemble comme par exemple entre la Provence et la vallée du Rhône », souligne Jérôme Agostini, directeur du Cniv.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les Français boivent davantage de vin pendant le confinement
L'Association européenne des économistes du vin (EuAWE) et la Chaire Vins et Spiritueux de l’INSEEC U ont mené une enquête auprès…
La nouaison approche : sortez les machines à vendanger !
En Nouvelle-Zélande, le domaine Villa Maria fait un passage de machine à vendanger peu après la floraison. Cela permet de faire…
La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques
Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise…
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité
Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des…
Le nombre de vignerons en biodynamie croit de plus de 10% par an. Les deux marques qui se proposent pour certifier la démarche offrent quelques différences. Leur fusion n'est pas envisagée pour l'instant. © J.-C. Gutner/Archives
Viticulture en biodynamie : une démarche, deux marques
La biodynamie a le vent en poupe depuis quelques années. Les vignerons qui veulent s’engager dans la démarche ont le choix entre…
Le gouvernement débloque 30 M€ pour accompagner la mise en place des ZNT
Un fonds national doté d’un budget de 30 millions d’euros va prochainement être débloqué pour soutenir les investissements des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole