Aller au contenu principal

Hydrogène en viticulture : mirage ou réel virage ?

Le développement de l’hydrogène fait clairement partie des priorités du gouvernement pour accélérer la transition énergétique. Mais son utilisation sera-t-elle possible en viticulture ? Enquête.

L'hydrogène devrait faire partie du mix énergétique des exploitations viticoles dans les années à venir.
L'hydrogène devrait faire partie du mix énergétique des exploitations viticoles dans les années à venir.
© S. Polattini et Malp/stock.adobe.com/montage Réussir

L’hydrogène est-il l’avenir de la viticulture ? Comme souvent dans la vie, la réponse à cette question semble n’être ni oui, ni non. Mais en partie. L’hydrogène devrait faire partie du mix énergétique de demain, au même titre que l’électricité, le GNR ou même le biogaz. Des domaines commencent d’ailleurs à s’emparer du sujet, à l’instar du château Montrose dans le Médoc. « La technologie est mature au niveau des moteurs, estime Vincent Decup, le directeur technique. Il y a déjà des bus qui roulent à l’hydrogène, cela fonctionne très bien. »

Des moteurs fonctionnant à l'hydrogène

Si l’hydrogène faisait face à quelques réticences à cause des risques, puisque c’est un gaz très explosif, « l’énorme travail sur les réservoirs, sur la protection des véhicules et des citernes depuis dix, quinze ans a réglé la question », assure Jean-Charles Lefebvre chez Stellantis. Et de fait. Tractoristes, automobilistes, et même entreprises de robotique planchent sur le sujet et commencent à avoir des solutions. Un robot viticole animé par hydrogène devrait même être présenté au Vinitech fin novembre !

Mais encore faut-il pouvoir alimenter ces engins. Les freins se situeraient en effet plutôt du côté de la production et de la distribution. « Pour que ce soit viable, il faut produire l’hydrogène sur place mais c’est compliqué », poursuit en effet Vincent Decup. Deux voies semblent se dessiner : générer de l’hydrogène à partir d'eau et d’électricité produite par des panneaux photovoltaïques ou des éoliennes ; ou bien à partir de biomasses vitivinicoles. Si la première voie semble la plus intéressante, elle sera fortement corrélée à l’évolution du prix des électrolyseurs, qui représente à l’heure actuelle 60 % du coût final.

Vers des engrais et du verre décarbonés

Au-delà d’une utilisation directe sur le domaine, l’hydrogène pourra servir à décarboner certains intrants et par ricochet, à alléger le bilan carbone des exploitations. En dressant le sien en 2013, la Champagne a en effet identifié les intrants comme étant responsables de 9 % des émissions. Les emballages et packaging pèsent encore plus : 33 %. Logiquement, tant les fournisseurs d’engrais que les verriers investissent massivement sur la thématique.

Yara va lancer son offre d’engrais décarbonés, obtenus grâce à la technologie de l’électrolyse, en Norvège dès 2023, pour un déploiement dans le reste de l’Europe en 2027. Du côté du verre, pour le moment dépendant à 80 % du gaz, il faudra patienter un peu plus longtemps. La fédération vise une transition pour 2050. Enfin, la transformation n’est pas en reste. Hennessy teste en effet la décarbonation de la distillation du cognac via de l’hydrogène vert. Autant de signaux qui montrent que l’avenir de la viticulture passera sûrement en partie par ce gaz neutre.

Retrouvez notre dossier complet sur l'hydrogène :

L'hydrogène, une solution de plus pour le mix énergétique viticole

Les intrants de la filière viticole seront plus verts grâce à l’hydrogène

L'hydrogène est encore difficilement accessible pour les viticulteurs

Les véhicules utilitaires roulant à l’hydrogène sont propres, mais chers

L’hydrogène, une option pour motoriser les tracteurs vignerons

L’hydrogène en viticulture : la manutention est pionnière

Hennessy veut décarboner la distillation de cognac

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Salons de matériel viticole 2022 : les 7 innovations les plus marquantes
Sival, Agrovina, Viti-Vini, Sima, Vinitech… Nous avons couvert de nombreux salons viticoles durant l’année 2022, et y avons…
Bahco, Arvipo et Mage proposent des sécateurs électriques avec une batterie intégrée dans le manche.
Sécateurs électriques viticoles : le sans-fil se taille une place dans les vignes
Le Vitilab a testé pour nous trois sécateurs électriques sans fil du marché. Ces outils ont tous donné satisfaction mais visent…
Les 10 nouveautés équipements viticoles qu'il fallait découvrir au Sival 2023
Le Sival 2023 réserve son lot de nouveautés. Petite sélection concernant le monde viticole.  
Selon les données de l'Axema, Fendt a immatriculé le plus grand nombre de tracteurs spécialisés en 2022, rétrogradant New Holland à la seconde place. Kubota reprend sa place de troisième à Same.
Immatriculations des tracteurs spécialisés 2022 - Fendt retrouve la première place
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2022 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Romain Henrion, consultant viticole, apprécie le rapport qualité/prix des sécateurs sans fil.
Les sécateurs électriques sans fil se déploient dans les vignes
Les premiers sécateurs sans fil commencent à se faire une place dans les vignes. Leurs utilisateurs plébiscitent le très bon…
La taille de la vigne se réalise à l’aide d’un sécateur.
Comment tailler la vigne ? Huit choses à savoir
Pour un bon rendement et une bonne qualité des grappes, il est indispensable de bien tailler sa vigne et à la bonne période.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole