Aller au contenu principal

GMT et ACF : de quoi perdre son alphabet

Identifiées récemment, les déviations baptisées “ goûts moisis-terreux ” et “ arômes de champignon frais ” sont souvent confondues. Mais si elles sont de la même famille, leur comportement et leur approche sont différents.

Les ACF sont malheureusement indétectables sur raisin et sur moût.
Les ACF sont malheureusement indétectables sur raisin et sur moût.
© P. Cronenberger

En Alsace, en Champagne et dans la Loire, on continue de se casser les dents sur ces mauvais goûts dominés par le champignon de Paris, la terre, la betterave ou encore le moisi. Leur dénominateur commun, première source de tracas pour Laurence Guérin (coordinatrice d’un programme associant l’IFV, l’Inra et l’ISVV au CIVC et au BNIC), est la méconnaissance du ou des champignon(s) responsable(s). “ Dans l’état actuel des connaissances, on sait qu’ils ne peuvent pas se passer de lésions sur les baies, et donc qu’une attaque de botrytis et/ou d’oïdium est nécessaire, annonce-t-elle. En revanche, des vendanges très touchées ont pu donner des vins indemnes (et vice-versa). La corrélation entre l’intensité de l’attaque et celle de la contamination n’est pas établie. ” La seule préconisation, évidente, est donc d’avoir une vendange saine, autant que possible en employant des méthodes prophylactiques. Cela risque d’être difficile cette année au vu de la pression botrytis qui s’annonce.


Les GMT : problématiques mais curables


L’approche des goûts moisis-terreux, dont la principale molécule responsable est la géosmine, est relativement simple : si la vendange est touchée, l’odeur se retrouvera sur le moût et dans les vins. Le seul traitement efficace est malheureusement le charbon (sur moût à 20-40 g/hl selon l’intensité de la contamination), avec l’effet délétère que l’on connaît sur la qualité aromatique. “ Nous recherchons des traitements moins violents que le charbon, mais pour l’instant le mélange bentonite/PVPP ne fonctionne que si la contamination est très faible ”, explique Eric Meistermann, de l’IFV Colmar. Et le vinificateur manque cruellement d’indicateurs fiables du niveau de contamination pour définir la dose à apporter.


Les ACF : indétectables sur moût et incurables


“ Pour l’instant, nous faisons chou blanc dans notre tentative d’identification des paramètres favorisant l’apparition de l’octénone et de l’octénol, (les deux principales molécules responsables des arômes de champignon frais) ”, regrette Laurence Guérin. Pire, les odeurs sont rigoureusement indétectables sur vendange et sur moût, elle n’apparaîtront que sur le vin fini. “ Nous orientons nos recherches vers ce qui se passe sur le raisin, mais aussi pendant la FA pour tenter de comprendre comment se révèlent les ACF ”, poursuit-elle. Reste que pour l’instant, aucun traitement ne fonctionne. Laurence Guérin prévient enfin : “ si on traite inutilement au charbon, les ACF se sentiront d’autant plus qu’ils seront moins masqués par d’autres arômes. Nous sommes totalement démunis face à ce problème. ”

Un champignon responsable de mauvais goûts identifié à l'Inra de Colmar


Un espoir se dessine pour la recherche : une souche de champignon qui produit systématiquement des ACF a été isolée à l’Inra de Colmar. Isolée, mais pas identifiée : “ nous avons fait le tour de tous les mycologues à notre portée, et aucun n’a pu lui donner un nom ”, regrette Eric Meistermann. Avec ou sans état civil, cette découverte permettra d’inoculer la souche dans de la vendange de manière répétable et mesurable, sans dépendre du millésime. De quoi accélérer la recherche à partir de cette année.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole