Aller au contenu principal
Font Size

Évaluer la sensibilité de la vigne au botrytis

Trois indicateurs complémentaires permettent, à différents stades physiologiques, d’estimer le risque botrytis. Bientôt testé dans le cadre d’un futur outil d’aide à la décision (OAD), un seul a des chances de devenir un outil de "terrain".

Le Greenseeker d'AvidorHighTech, passé un mois après floraison, donne un NDVI corrélé au taux final d'attaque de botrytis.
Le Greenseeker d'AvidorHighTech, passé un mois après floraison, donne un NDVI corrélé au taux final d'attaque de botrytis.
© Inra

Trois indicateurs sont actuellement testés pour estimer la sensibilité de la vigne au botrytis, suivant son stade physiologique.

1 - Le Potentiel de réceptivité des baies (PRB)

Son principe : Le PRB, mis au point par l’Inra de Bordeaux, est le plus ancien indicateur. Il consiste à évaluer, avant fermeture de la grappe, l’importance de la sensibilité des baies au champignon. Il est mesuré chaque année sur deux parcelles d’expérimentation non traitées de l’Inra, une de sauvignon blanc et une de merlot noir. Sa valeur qui est corrélée à l’intensité finale de la maladie à l’approche des vendanges résulte de deux dosages de composés pelliculaires (pectines facilement dégradables par botrytis et tannins synthétisés par la baie en défense face aux attaques). La valeur du PRB est diffusée chaque année par l’interprofession de Bordeaux (CIVB) en juillet.

Intérêt : c’est un indicateur régional de tendance qui donne une idée du taux de résistance naturelle des baies. Il permet surtout d’alerter les viticulteurs sur l’urgence à mettre en œuvre les mesures prophylactiques (enherbement, effeuillage, etc.), notamment sur les parcelles à risque élevé (cépages et porte-greffe sensibles).

Limites : Il permet surtout la comparaison entre millésimes et son protocole de mise en œuvre est assez long. "Cet indicateur, explique Marc Fermaud, Inra de Bordeaux, n’a pas vocation à intégrer un OAD (outil d’aide à la décision) dont le but est d’estimer le risque à la parcelle."

2 -  L’Indice de perméabilité pelliculaire (IPP)

Son principe : L’IPP, développé par l’ISVV (Institut des Sciences de la Vigne et du vin), mesure la dégradation de la paroi pelliculaire des baies, par le biais de l’analyse de l’activité de l’eau libre (aw : water activity) à la surface de la pellicule des baies. On retiendra que l’aw à la surface des baies est élevée à la nouaison et diminue au cours de la maturation. À maturité, la paroi d’une baie devient perméable et légèrement fissurée. Elle laisse sortir des exsudats dont la présence à la surface de la baie augmente la concentration du film d’eau qui devient moins pur et moins libre (l’aw diminue). Les conditions sont alors favorables au développement du champignon. Les fissures sont en effet des voies d’attaque privilégiées et la présence d’exsudats constitue un bon milieu nutritif.

Intérêt : l’IPP indique la sensibilité au botrytis en cours de maturation et permet de détecter si une infection s’est installée, avant même l’apparition des symptômes.

Limite : Son développement sur le terrain via une mesure rapide en routine se heurte toutefois à une limite : la lourdeur de sa mise en œuvre. Pour le moment, l’IPP reste donc un outil de laboratoire.

3 - L’Indice de végétation normalisé (NDVI)

Son principe : Le NDVI, pour normalized difference vegetation index, est l’indicateur le plus récent. Il permet de visualiser la porosité du feuillage et de quantifier l’hétérogénéité de vigueur d’une parcelle de vigne. Le NDVI varie entre 0 et 1 ; la valeur "1" correspondant à un rideau de feuillage parfaitement fermé.

Intérêt : Le NDVI est corrélé à la vigueur de la vigne mais surtout, et c’est son gros atout, s’il est mesuré environ un mois après floraison, il est aussi corrélé au taux final d’attaque de botrytis. Le Greenseeker d’AvidorHighTech, capteur optique qui mesure le NDVI permet des mesures en mode "piéton" mais aussi en mode embarqué. Cet indicateur dont le développement "terrain" est en cours va aussi être testé dans le cadre du programme de recherche DeciTrait piloté par l’IFV, en complément des indicateurs de risques liés au climat, à la sensibilité parcellaire évaluée via la classification de sensibilité des cépages et des porte-greffe ou encore au risque dû aux attaques de tordeuses.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
Pour les prochaines vendanges, la MSA recommande notamment d' éviter le travail face à face, d'organiser les départs en décalé et que chaque salarié conserve son seau et son sécateur pour l’utilisation, l’entretien et le nettoyage.  © J.- C. Gutner
Préparer les vendanges en contexte Covid
Dans le contexte sanitaire actuel, l’organisation des vendanges devra sans doute être adaptée pour prendre en compte le risque de…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole