Aller au contenu principal

Expérimentations
Etude des coûts des fermentations malolactiques

La société Laffort a comparé les coûts de la fermentation malolactique (FML) spontanée et de celle avec des levains malolactiques. L’emploi de bactéries lactiques commerciales peut dans certaines conditions se révéler moins onéreux.

« Les résultats de nos essais montrent qu'une fermentation malolactique (FML) en co-inoculation tardive est moins coûteuse qu'une FML spontanée, relate Vincent Renouf, chargé de recherche chez Laffort. En effet, le coût d'un levain d'acclimatation est estimé à 1,2€/hL, celui du chauffage pour faire la FML spontanée est en moyenne de 1,98€/hL sur l'ensemble de nos essais. Car réaliser la FML nécessite que le vin soit à une température avoisinant 20°C. Il faut donc chauffer les cuves et ce, plus ou moins longtemps en fonction de la durée de la phase de latence (développement de la bactérie lactique) et de celle de la fermentation. Or, « en co-inoculant le levain en fin de fermentation alcoolique il n'est pas nécessaire de chauffer la cuve. En effet la phase de latence a lieu à la température clémente de la fin de la FA. Puis la FML se déclenche juste après la FA profitant de l'inertie des températures en cave », explique le chercheur.

Chauffage nécessaire après la FA

En revanche, en inoculant après la FA ou en faisant une FML spontanée, il faudra avoir recours au chauffage de la cuve. Les frais de chauffage ont été estimés auprès de professionnels à 0,035€/hL par jour. Plus la FML dure longtemps plus ces coûts seront élevés.« Il ne faut cependant pas oublier le gain de sécurité fermentaire et organoleptique garanti par l'utilisation d'un levain commercial. Et en l'ajoutant précocement, il évite d'autant plus le développement de microorganismes indigènes d'altération » souligne Vincent Renouf. Un argument qui favorise à nouveau la technique de co-inoculation tardive.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole