Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Et maintenant, place au plancher !

Cette fois, les dés sont jetés. Le conseil spécialisé de FranceAgriMer a voté la mise en place d’un dispositif plancher, pour encadrer les attributions d’autorisation de plantation. « Cela va nous permettre d’avoir une répartition plus équitable », souligne Anne Haller, déléguée générale pour la filière viticole. Cette réglementation entre en vigueur pour la campagne 2016-2017. En pratique, FranceAgriMer va diviser le contingent régional par le nombre de demandeurs pour fixer la valeur du plancher. Chaque requête sera ensuite divisée en deux parties : le plancher et le surplus. Ainsi, tous les demandeurs auront droit à une valeur minimale, égale au plancher. Quant à ceux qui auront demandé moins que ce seuil, ils obtiendront automatiquement la totalité de la surface souhaitée.

Changement de règles de priorité

En cas de reliquat, le reste du contingent sera partagé entre les viticulteurs ayant fait une demande supérieure au plancher. Soit de manière égale, soit en s’appuyant sur les critères de priorité en vigueur. Attention, sur ce plan aussi les règles du jeu évoluent. Jusqu’à présent, les viticulteurs pouvaient justifier de leur comportement antérieur pour faire valoir leur priorité. C’est-à-dire ne pas avoir planté de vignes illégales au cours des cinq dernières années. Désormais, cette clause est étendue. Ainsi, « ceux qui ont eu des dossiers rejetés pour contournement de la réglementation perdront leur priorité pour cinq ans », alerte la déléguée générale. Les nouveaux installés seront quant à eux, toujours prioritaires. « Mais le critère de priorité n’est valable qu’une seule fois, précise Anne Haller. Les producteurs qui ont obtenu des autorisations de plantations lors des campagnes précédentes et qui n’ont pas encore planté ne sont pas considérés comme prioritaires. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

[Coronavirus] Quelles sont les mesures de confinement à respecter dans le monde viticole ?
Le Président de la République a appelé tous les Français à rester confinés chez eux pour endiguer l’épidémie de Covid-19. Pour…
[Coronavirus] Dois-je fermer mon caveau de dégustation ?
(Mis à jour le 17 mars) La posture a adopter sur le caveau de vente est floue. L'administration estime qu'il peut être ouvert,…
Pour Hubert Gerber, viticulteur en Alsace, les avantages de la viticulture de conservation des sols sont nombreux. © X. Delbecque
Retour sur 10 ans de non-labour
Dans le Bas-Rhin, Hubert Gerber conduit ses vignes en semis direct et en non-labour. C’est pour lui moins de travail et la…
[Covid-19] Le Gouvernement dévoile 4 mesures pour soutenir les entreprises exportatrices
Pour faire face au ralentissement de l’économie lié à la pandémie de coronavirus, le gouvernement a mis en place un plan d’…
gestion d'une exploitation
[ Covid-19 ] Quelles mesures de soutien activer pour son entreprise viti-vinicole ?
Le gouvernement a mis en place des mesures d’urgence, dont certaines vont s’appliquer pendant plusieurs mois. Le point sur ces…
[Covid-19] Un vigneron élabore du gel hydroalcoolique à partir de ses eaux-de-vie
Face à la pénurie de gel hydroalcoolique utilisé pour limiter l'expansion du coronavirus, Mark Karazs, propriétaire du domaine…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole