Aller au contenu principal

En Suisse, la flavescence est sous contrôle

Alors que chaque année la France procède à un décompte macabre, celui des nouveaux foyers de flavescence dorée, la Suisse ne connaît pas d’expansion de la maladie bien que le canton du Tessin soit infesté depuis 2004. Explications sur la méthode de lutte helvète qui ne compte que deux traitements annuels.

Depuis le début des traitements 
obligatoires en 2005, la Suisse utilise un insecticide régulateur de croissance qui bloque la mue des insectes : la buprofézine.
Depuis le début des traitements
obligatoires en 2005, la Suisse utilise un insecticide régulateur de croissance qui bloque la mue des insectes : la buprofézine.
© P. Cronenberger

Situé au Sud de la Suisse, le canton du Tessin est touché par la flavescence dorée depuis 2004. Quelque 800 hectares y sont en traitements obligatoires. Si en 2005, le traitement concernait 300 hectares, la cicadelle n’a pas infecté les autres vignobles suisses de la région Alémanique ou Orientale. Il est ainsi clair que la maladie est circonscrite dans le canton du Tessin. Mauro Jermini, chercheur à l’Agroscope de Changins, est au cœur de la mise au point de la stratégie helvète de lutte contre le phytoplasme. “ Nous avons commencé à nous intéresser à la maladie dans les années 1990 car j’étais persuadé qu’un jour elle ferait son apparition en Suisse. ”


Pas de résidus dans les vins


Les expérimentations ont donc débuté en 1991, bien avant l’infestation du vignoble et ont montré que la matière active la plus satisfaisante était la buprofézine. Cet insecticide, que l’Union européenne interdit (décision datant de septembre 2008 : n° 2008/771/CE), a été validé en Suisse non seulement pour son efficacité mais aussi pour son faible impact sur la faune auxiliaire. “ Quand il a fallu choisir l’insecticide que nous allions utiliser, nous avons travaillé avec des associations environnementales. Il est apparu que l’utilisation de la buprofézine était la stratégie optimale pour tout le monde ”, explique Mauro Jermini. Les essais ont en effet montré l’absence de toxicité sur les abeilles, ce qui n’est pas le cas d’une matière active qui a reçu récemment son autorisation de mise sur le marché en France (association de thiametoxam et chlorantraniliprole). Son impact sur les typhlodromes, prédateurs naturels des araignées rouges, est neutre en comparaison de l’effet des ester-phosphoriques. Concernant la qualité sanitaire des vins, les différentes analyses réalisées par l’Agroscope montrent qu’il n’y a pas de résidus dans les vins.
D’un point de vue phytosanitaire, la buprofézine est un régulateur de croissance qui bloque la mue des larves de cicadelles. Ce mode d’action demande une grande précision au moment du traitement car sa fenêtre d’application est courte (entre 5 à 7 jours). “ Nous plaçons le premier traitement au moment du pic des éclosions, puis le second deux semaines après ”, indique Mauro Jermini.
La méthode suisse prévoit un troisième traitement. Il n’a jamais été appliqué : les prospections n’ont jamais montré de problème d’efficacité après deux traitements de buprofézine. Pas plus que de développement de résistances n’a pu être mis en évidence. Par ailleurs, l’application de la buprofézine nécessite une pulvérisation soignée. Il faut que le produit soit projeté sur l’ensemble de la plante sans oublier les pampres où viennent se loger les cicadelles. “ Les viticulteurs doivent être équipés de pulvérisateurs avec des hauteurs de buses réglables ”, insiste Mauro Jermini.

Traitements  : les viticulteurs avertis deux semaines à l’avance


Reste le problème posé par le bon positionnement du produit. Pour le résoudre, Mauro Jermini en collaboration avec l’Université de Milan et Lugano, a développé un modèle de prédiction phénologique adaptatif et auto-correctif. “ Nous parvenons ainsi à prévenir les viticulteurs deux semaines à l’avance de la nécessité de traiter ”, explique Mauro Jermini. Le modèle est accessible via une plateforme sur Internet. Les techniciens y enregistrent les relevés d’observations des éclosions. S’ils n’ont rien trouvé, le modèle est capable de leur indiquer quand il faudra se rendre à nouveau dans les vignes. Si des éclosions ont eu lieu, la plateforme calcule les dates de traitement. “ En Toscane, le modèle ne s’est jamais trompé de plus de trois jours. Dans le Tessin, l’erreur observée est de quatre jours maximum. ” Donc bien inférieure à la contrainte posée par la fenêtre d’application du produit.


Récurrence de la maladie malgré les traitements


Cette lutte helvétique est  d’une très bonne efficacité. Mais elle soulève une interrogation et pas des moindres. Sur 13 % des surfaces où la maladie s’exprime, le phytoplasme est toujours présent malgré les traitements. “ C’est le drame de la lutte ”, s’inquiète Mauro Jermini.
Des prospections dans le Tessin ont permis d’identifier une autre cicadelle, Orientus ishidae, qui s’est avérée positive à la flavescence. Les recherches tentent de percer le mystère de cet insecte qui n’est pas connu pour vivre dans les vignobles. “ Pour l’instant, impossible de savoir si elle est vectrice du phytoplasme ”, indique Mauro Jermini. Orientus Ishidae a également été identifiée en Italie et testée positivement.
Elisa Angelini, du CRA de Conegliano Veneto, a par ailleurs testé positivement une troisième cicadelle, Dictyophara europea, et démontré sa capacité à transmettre le phytoplasme à la vigne. Des vecteurs non encore identifiés expliqueraient-ils la persistance de la maladie malgré les traitements ? L’avenir le dira. Mais en attendant, Mauro Jermini insiste : “ les viticulteurs européens vont devoir apprendre à vivre avec la maladie. On ne pourra pas l’éradiquer ”. Et de rêver à un modèle qui permettra de déterminer des seuils d’intervention. Il en a déjà une ébauche dans ses tiroirs !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

À l'avenir le choix du porte-greffe pourrait être fait en fonction de son influence sur le pH et l'acidité du moût. © P. Cronenberger
Le porte-greffe de la vigne influence l’acidité des moûts
Des chercheurs australiens ont évalué l’effet du porte-greffe sur l’absorption du potassium. Tous ne sont pas égaux, ce qui joue…
Les bennes à vendange peuvent faire partie intégrante de la chaîne de tri, en plus d'assurer le transport. © Gimbre
Le transport de la vendange au service de la qualité
Les vignerons ont mis un point d’honneur à s’équiper de machines à vendanger et de matériels de chai dernier cri pour maintenir…
[ Coronavirus ] Pas de Vinitech-Sifel au parc des expositions de Bordeaux en 2020
Les trop nombreuses incertitudes liées à la situation sanitaire et économique mondiale ont contraint les organisateurs du…
Le Bearcub affiche une largeur de 1,32 m.
Un nouveau robot utilisable en viticulture
La start-up californienne Ztractor prépare un tracteur autonome électrique pour les vignes, mais pas uniquement.
Le moût blanc de noir macère pendant une dizaine de jours sur des marcs rouges issus de vinifications classiques servant à élaborer des cuvées structurées.   © Domaine Zusslin
Un vin rouge fait (presque) comme un blanc
Un domaine alsacien propose une cuvée de pinot noir élaborée à partir d’un blanc de noir repassé sur des marcs de rouges…
La société S.Delafont Barrels commercialise des fûts inox de 320 l à 1650€ HT. Il est possible de financer pour partie l'achat de ces contenants via la subvention "innovation" de FranceAgriMer © J. Gravé
Les fûts se mettent à l'inox
La société gardoise S. Delafont Barrels conçoit et commercialise des fûts de 320 litres en acier inoxydable. Favorisant la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole