Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Oenologie
En Alsace, les levures indigènes mises hors de cause dans les arrêts de fermentation

L´Université Haute-Alsace s´est penchée sur les problèmes fermentaires rencontrés sur un domaine alsacien qui privilégie la flore indigène. Celle-ci serait hors de cause.


L´Université Haute-Alsace (UHA) a réalisé des essais pour mettre en évidence une éventuelle relation entre les souches de levures indigènes et les arrêts de fermentation au domaine Zind-Humbrecht. « Nous voulions voir s´il existait une différence de populations de levures entre les moûts qui terminent la fermentation alcoolique et ceux qui ne la terminent pas », indique Christine Le Jeune, maître de conférence à l´UHA. Trois vins issus de trois parcelles différentes ont été suivies durant trois années consécutives. Les levures indigènes ont été caractérisées en début et en fin de fermentation alcoolique ainsi que les paramètres de composition des moûts (pH, acidité totale, azote assimilable, concentration en sucre.). Quels que soient les profils fermentaires (arrêt ou non), les familles de souches présentes étaient sensiblement les mêmes. Ce qui fait dire à Christine Le Jeune « qu´aucune famille particulière de souche ne peut être rendue responsable des fermentations languissantes observées au domaine. »

Toutefois, durant les deux premières années d´essais, il a été constaté que les vins qui présentaient un même profil fermentaire possédaient une population levurienne très proche en début de fermentation, et cela quelle que soit l´année considérée. « Il était envisageable de croire que les populations en début de FA puissent jouer un rôle dans les arrêts de fermentation ». La troisième année (millésime 2002) d´essais aura finalement montré qu´il n´en était rien. « Les populations levuriennes de début de FA n´avaient rien à voir entre elles alors que le profil fermentaire était identique ». La conjugaison de ces trois années d´essais montre donc que les levures indigènes ne sont pas responsables des fermentations languissantes. « La composition du moût comme son acidité ou sa richesse en azote assimilable expliqueraient les problèmes de fermentation ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
Les rendez-vous de la rentrée à ne pas manquer
De septembre à mars prochain, de nombreux rendez-vous professionnels vont se dérouler. Petit rappel des dates à noter sur les…
[Vidéo] Le solex est de retour pour une balade « à la cool » dans le vignoble alsacien
Portail réussir
Deux roues, un moteur. Pas de vitesse, pas de performance. C'est une « balade pépère », en Solex, que propose Vadrouille Solex à…
Vignette
Les chambres d’agriculture dévoilent leur plan stratégique

Les chambres d’agriculture ont dévoilé cet été leur projet stratégique pour la période 2019-2024. L’assemblée permanente des…

Vignette
Les crémants jouent collectif pour progresser à l’export
Alors que le marché français des effervescents est jugé mature, les huit appellations françaises de crémant veulent se promouvoir…
Vignette
Les Vignerons ardéchois s’engagent à protéger la faune
L’Union des vignerons ardéchois a annoncé la signature d’une convention de partenariat avec la Ligue pour la Protection des…
Vignette
Vers une modulation du travail du sol en temps réel
Le capteur SoilXplorer de CNH établit des cartographies de variabilité intraparcellaire des sols et pilote en direct les outils…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole