Aller au contenu principal

Tanisage
Effet anti-oxydant des tanins

L’effet anti-oxydant des tanins œnologiques dépend de leur origine botanique et de la dose employée, selon Martin Vialatte Oenologie.

Les tanins de chêne ont le pouvoir anti-oxydant le plus important parmi les tanins oenologiques.
Les tanins de chêne ont le pouvoir anti-oxydant le plus important parmi les tanins oenologiques.
© S. Leitenbeger
« Nous avons fait des tests sur des solutions de tanins œnologiques afin de mesurer leurs propriétés anti-oxydantes. Ces mesures ont révélé que l'action anti-oxydante des tanins est liée à leur origine botanique et à la dose employée. Plus la dose est élevée plus la protection des vins contre l'oxydation est importante » explique Philippe Poinsaut. L'expérience a permis de classer les tanins par efficacité décroissante comme suit : chêne, quebracho, tara, noix de galle, pépin de raisin, pellicule de raisin. Ces résultats constituent un outil d'aide à la décision pour les producteurs en fonction du type de vin à traiter. Mais le choix des tanins n'est pas uniquement fonction du pouvoir anti-oxydant et dépend d'autres propriétés. Exemple, les tanins de chênes apportent du boisé, idéal pour les vins rouges de garde, alors que le quebracho est plus adapté à la stabilisation de la couleur des vins rouges. Pour les vins blancs, il plus judicieux d'utiliser du tanin de tara qui colore moins que les deux précédents.

Définir des itinéraires de vinification

« Les tests que nous avons utilisés peuvent aussi servir à déterminer les propriétés anti-oxydantes d'autres produits œnologiques. Par exemple, on pourrait mesurer l'activité anti-oxydante des levures inactivées. Nous avons testé l'acide ascorbique et le SO2. Notre méthode a validé l'effet anti-oxydant puissant et immédiat de l'acide ascorbique qui nécessite d'être relayé par le SO2 pour une protection maximale des vins. On s'attache à présent à mesurer l'action anti-oxydante de certains produits et techniques oenologiques», expose Philippe Poinsaut. De nouvelles recherches sont en cours pour définir l'itinéraire de vinification qui permette au mieux de préserver les vins de l'oxydation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
La viticulture bio progresse fortement dans 4 régions en 2020
Si en 2020, la viticulture bio a progressé en surface de 22% par rapport à 2019, elle le doit à un essor particulièrement marqué…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole