Aller au contenu principal

Conduite de la vigne
Du bon parcours hydrique


" La tolérance des plantes au déficit hydrique s´appuie sur leur aptitude à gérer un compromis entre l´acquisition de CO2 via l´activité photosynthétique encore appelée les sources et leur croissance et leur transpiration ou puits ", indique Éric Lebon, chercheur à l´Inra. Le déficit hydrique va donc jouer sur le rapport entre sources et puits. En l´absence de tout déficit hydrique, l´activité photosynthétique va être forte et les besoins en CO2 de la plante également. Si un déficit en eau intervient, l´activité photosynthétique va certes diminuer mais se maintenir tandis que les puits vont être plus intensément affectés. La vigueur de la vigne diminue, ce qui favorise la concentration des sucres qui augmentera jusqu´à un optimum.
" L´objectif est de limiter la vigueur printanière de la vigne "
" Pour obtenir cet équilibre favorable entre puits et sources, le parcours hydrique idéal est celui qui assure une contrainte en eau précoce dans le cycle végétatif de la vigne en assurant une diminution des puits. L´objectif alors est de limiter la vigueur printanière de la vigne, celle-ci transpirera peu, n´épuisera que progressivement la ressource en eau disponible tout en maintenant son activité photosynthétique. Un équilibre favorable à la maturation. "
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
La viticulture bio progresse fortement dans 4 régions en 2020
Si en 2020, la viticulture bio a progressé en surface de 22% par rapport à 2019, elle le doit à un essor particulièrement marqué…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole