Aller au contenu principal

[Dossier] " Le tallage pose problème si l’on broie le couvert hivernal trop tôt "

Adrien Martinot, viticulteur à la coopérative des Terres Secrètes à Prissé, en Saône-et-Loire, a choisi de broyer ses couverts hivernaux plutôt que de les enfouir ou de les rouler.

© A. Martinot
Adrien Martinot

" Cela fait trois ans que nous testons les couverts végétaux dans nos vignes étroites du sud-bourgogne. Cet hiver nous avons couvert 25 hectares sur nos 40, et nous passerons à 35 l’an prochain.

Au départ, nous cherchions un apport d’éléments minéraux pour créer une alternative aux engrais chimiques. Rapidement nous avons vu l’impact sur la vie du sol et sur la rétention d’eau, objectif qui a pris le pas sur l’aspect purement fertilisation. À titre d’exemple, nous avons déjà observé dix jours d’écart avec la parcelle du voisin dans l’expression des symptômes foliaires du stress hydrique.

Pour détruire nos couverts nous avons commencé avec ce que nous avions au hangar, à savoir un gyrobroyeur. Le broyat crée un micro-paillage que l’on n’enfouit pas. Derrière, nous ne touchons plus et ça ne se resalit pas trop : on compte 4 à 5 adventices par mètre carré. De plus, nous nous efforçons au maximum d’attendre la floraison du couvert avant de détruire, de façon à ce que les plantes stoppent le tallage et ne repoussent pas ensuite. Généralement, cela tombe début avril. Nous avons pu voir sur une parcelle de 2 hectares qui nous avons broyé trop tôt l’effet du couvert qui repousse sur la vigne, à savoir une baisse de rendement.

Nous arrivons un peu au bout de nos essais et allons passer l’an prochain au rouleau pour avoir un mulch plus épais. Le broyat s’évapore trop vite. Et puis avec des couverts entre 1 et 1,2 m cela fait trop de matière pour la tondeuse, on n’avance pas. Le rouleau nous permettra aussi de travailler plus vite pour se mettre à l’abri du gel si besoin. La première année nous nous étions fait attraper. En définitive, l’idée est de continuer à observer les situations et à s’adapter en fonction de l’année, de l’évolution du sol ou encore du comportement de la vigne. "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Gel : Les vignobles méridionaux trinquent
Les premières estimations de pertes de récolte dans les vignobles de la moitié sud de l’Hexagone se font connaître après un…
Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Le réglage de la profondeur de travail et le centrage sont déterminants pour optimiser le désherbage mécanique. © IFV
Les clés pour réussir le désherbage mécanique en vigne
Adopter le désherbage mécanique du cavaillon est beaucoup plus qu’une simple substitution de technique. Il s’agit d’élaborer une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole