Aller au contenu principal

Diaporthe ampelina, l'agent responsable de l'excoriose de la vigne

Diaporthe ampelina, agent de l’excoriose, affaiblit la vigne. Il faut surveiller et protéger les parcelles à historique, en particulier si la météo est pluvieuse au débourrement.

Diaporthe ampelina, dénommé auparavant Phomopsis viticola, est l’agent de l’excoriose, maladie qui se traduit par un affaiblissement de la vigne. « Il faut être très vigilant vis-à-vis de ce champignon qui sévit à la faveur de conditions humides au moment du débourrement, avec des symptômes sur jeunes rameaux, puis sur les feuilles, parfois sur les grappes et surtout qui peut engendrer de la casse sur les sarments avec des conséquences sur la taille de l’année suivante », observe Philippe Larignon, ingénieur à l’IFV et spécialiste des maladies de dépérissement. C’est donc un champignon et une maladie grave à surveiller de près et à prendre en compte dans la protection de la vigne. « La nuisibilité potentielle sur les jeunes plants en pépinières est particulièrement forte », souligne l'ingénieur.

Caractéristiques

Biologie

Diaporthe ampelina est un champignon ascomycète de la famille des Diaporthaceaes. Il se conserve durant l’hiver sous forme de mycélium dans les bourgeons de la base de sarments, et de pycnides sur les écorces. Au moment du débourrement, à la faveur de conditions favorables (précipitations prolongées), on assiste alors à la dissémination des spores vers les organes réceptifs où ils germeront si la période d’humectation est suffisamment longue (12 heures pour une température à 10 °C et 9 heures pour une température supérieure à 15 °C). Cette dissémination se fait sur de courtes distances et la maladie reste ainsi très localisée. Le matériel végétal contaminé est une source de propagation. La période de réceptivité de la vigne à Diaporthe ampelina est courte et s’étale du stade D au stade E.

Symptômes

Sur les vignes atteintes on observe au printemps, quinze jours après le débourrement, des taches punctiformes ou allongées dont la couleur presque noire contraste avec le vert tendre des jeunes pousses. Dès le début de l’été, ces lésions discrètes vont évoluer vers des nécroses brunâtres, des croûtes noires superficielles et bien individualisées ainsi que des lésions étendues dont l’aspect rappelle un morceau de tablette de chocolat. Dans le cas d’attaques sévères, les feuilles peuvent présenter des taches rondes qui se dessèchent et tombent. Le feuillage prend alors un aspect plombé. Le champignon peut également parfois attaquer les baies (c'est assez rare dans nos vignobles mais le phénomène est fréquemment observé aux États-Unis). Les rameaux atteints d’excoriose sont fragilisés et risquent de casser, ce qui peut provoquer d’importantes pertes de récolte, notamment sur les tailles courtes à 2 yeux.

Prévention et lutte

Il est recommandé d’éliminer au moment de la taille les rameaux atteints et de les évacuer de la parcelle. Le contrôle de la vigueur de la vigne permet par ailleurs de limiter le développement de la maladie. Une lutte chimique est à envisager en fonction des observations et de l’historique de la parcelle. Les traitements (1 ou 2) sont à réaliser de manière préventive entre le stade D et E. De nombreuses spécialités sont autorisées contre cette maladie. Pour une efficacité optimale, il est conseillé de réaliser les traitements contre l’excoriose à des volumes d’au moins 400 à 600 litres par hectares.

Quelques cépages sensibles : cabernet-sauvignon, alicante bouchet, chenin, sauvignon, sémillon, syrah, grenache, clairette.
L’utilisation de matériel végétal porteur de Diaporthe ampelina peut provoquer de gros dégâts en pépinière. Il est à l’origine d’une dissémination à grande échelle de la maladie, d’où la nécessité d’une surveillance accrue des vignes mères et d’une lutte stricte si nécessaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole