Aller au contenu principal

Des solutions pour alléger la facture énergétique des matériels viticoles

D’après une étude menée par l’IFV, les débits de chantier plus élevés permettent souvent de réduire la consommation énergétique à l’hectare. Dans une moindre mesure, raisonner ses pratiques et adapter le matériel contribuent aussi à diminuer les besoins en carburant. À la clé, des économies substantielles.

Avec la plupart des outils utilisés en viticulture, les débits de chantiers sont favorables à la consommation par hectare.
© P. CRONENBERGER

La hausse des taxes sur le carburant n’aura pas lieu en ce début d’année 2019, mais il y a fort à parier que ce n’est que partie remise. D’où la pertinence de l’étude sur les performances énergétiques des matériels viticoles menée dans le cadre d’un programme sur les émissions de gaz à effet de serre par l’IFV. « L’étude est assurément abordée sous l’angle économique ; nous souhaitons caractériser les consommations énergétiques afin de les optimiser », explique Christophe Gaviglio, ingénieur mécanisation du vignoble au pôle Sud-Ouest de l’IFV et responsable du projet. Depuis 2009, première phase d’une hausse notoire des prix des combustibles, il étudie la consommation en carburant des tracteurs au cours des principales opérations menées à la parcelle. Pour cela, il a installé un débitmètre à gasoil sur un tracteur fruitier Landini REX 95 F d’une puissance de 95 ch, ainsi que sur un tracteur vigneron John Deere 5080 GV de 80 ch.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

[VIDEO] Vignes gelées : objectif bois de taille !
Après un gel conséquent, il est important de s’occuper des rameaux restants ou qui repoussent, afin d’assurer la pérennité du cep…
Lee touffes de soies blanches sur le pourtour de l’abdomen différencie le scarabée japonais adulte des autres coléoptères présents en France. © D. Cappaert/MSU
Le scarabée japonais, ravageur aux portes de l'Hexagone
Le scarabée japonais n’a pas encore été détecté en France. Cet insecte classé organisme de quarantaine prioritaire est sous haute…
Les vignobles de Vouvray et de Champagne touchés par la grêle
Ce jeudi 3 juin dans la soirée, un fort orage de grêle a touché quatre communes de l’appellation Vouvray. Un épisode similaire a…
Les variétés résistantes artaban, voltis, floreal et vidoc aux portes des vins AOC
Les quatre variétés résistantes Inrae-ResDur ont été confirmées comme étant des espèces de type Vitis vinifera par l’Office…
Prix des vignes 2020 : 4 points à retenir
Le bilan annuel établi par le groupe Safer sur les transactions de terres agricoles en 2020 montre un fort impact de la crise…
Guillaume Casanove, Gilles et Romain Lacroix, François Tissot et Alain Dourthe (de gauche à droite) travaillent de concert pour mettre en application la méthode Géophile au Mas des Boutes. © X. Delbecque
« La vigne a rapidement réagi à la méthode Géophile »
À Tresques, dans le Gard, les domaines Bernard Perret se sont lancés dans la méthode Géophile. Une approche globale de la vigne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole