Aller au contenu principal

Ils le font aux Etats-Unis
Des régulateurs de croissance en test

L'application de CCPU sur pinot noir n'a pas entrainé une augmentation de la taille des baies.
L'application de CCPU sur pinot noir n'a pas entrainé une augmentation de la taille des baies.
© DR

L'Université du comté de Sonoma a testé les effets du CCPU ou forchlorfenuron, un régulateur de croissance, commercialisé sous la marque Prestige et autorisé aux Etats-Unis, sur des parcelles de merlot, de pinot noir, de malbec et de sauvignon. Les résultats de ces essais ont été présentés lors du Sonoma County Grape Day, en février dernier. L'objectif de ces essais était d'apprécier les effets d'une application au stade floraison du CCPU sur le nombre de baies, leur taille et leur composition. Le premier essai a été mené en 2006 sur une parcelle de merlot âgée de dix ans et sélectionnée car affectée par le court-noué. Deux applications à 5 et 10 g/ha ont été réalisées. Les vignes ayant reçu la dose la plus importante ont eu un nombre significativement plus élevées de baies que celles ayant reçu la dose plus faible ou par rapport au témoin. La maturation des baies a également été retardée. Le pH des jus a été réduit et l'acidité totale augmentée. Le deuxième essai, mené  en 2007 sur du pinot noir avait pour but d'étudier l'effet du CCPU sur la taille des baies. Il semblerait que ce cépage, du point de vue de ce paramètre, ne soit guère sensible au CCPU, aucune différence significative n'ayant été observée.  En revanche, un autre essai sur pinot noir visant à déterminer l'influence du CCPU sur le nombre de baies a montré que celui-ci augmentait significativement le poids des grappes (96 grammes contre 133 grammes entre le témoin non traité et celui traité). A noter que le pH des jus issus du témoin traité était inférieur à celui du témoin non traité. Deux autres essais ont été menés par des vignerons sur de petites surfaces : le premier sur malbec, le second sur sauvignon avec présence du court-noué. Dans les deux cas, les vignes traitées au CCPU ont enregistré des  récoltes supérieures au témoin non traité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole