Aller au contenu principal
Font Size

Raisonnement des traitements
Des règles pour décider de l'arrêt des traitements oïdium

L'Institut coopératif du vin (ICV), en collaboration avec la firme BASF, a présenté ses derniers résultats en matière de stratégie oïdium. Ils confirment et précisent les règles de décision déjà établies.

Jacques Rousseau, ICV. 
" Avec l'oïdium, on est dans 
une gestion du risque plutôt que dans une garantie de résultat, " estime Jacques Rousseau de l'ICV.
Jacques Rousseau, ICV.
" Avec l'oïdium, on est dans
une gestion du risque plutôt que dans une garantie de résultat, " estime Jacques Rousseau de l'ICV.
© J.-C. Gutner

L'oïdium, ce grand inconnu... À défaut de modélisation fiable, seule l'expérimentation peut renseigner sur l'attitude à avoir face à ce ravageur coriace. Pour le début de la lutte, l'unanimité est quasiment faite : 5-6 feuilles sur les parcelles " à historique ", 10-12 pour les parcelles indemnes en 2012. Mais quelle règle appliquer à la fermeture de la grappe ? L'ICV et BASF ont présenté les résultats de leur programme d'essais menés entre 2009 et 2012 sur deux parcelles de chardonnay en Languedoc.


La règle des 15-15


En regardant idéalement une centaine de grappes, il s'agit de noter quelle est la fréquence des grappes infectées à plus de 15 %. Au-delà de 15 % de grappes touchées à 15 %, les risques d'explosion sont jugés inacceptables, et un traitement supplémentaire est conseillé. À partir de 20 % de grappes dans ce cas, il est recommandé de maintenir la protection jusqu'à fin véraison pour éviter le pire.
Cette méthode se veut plus précise et surtout plus simple à mettre en oeuvre que celle établie par l'IFV. Celle-ci consiste à compter deux à trois grappes sur vingt souches en s'intéressant uniquement à la fréquence d'attaque : si aucune grappe n'est infectée, le vigneron peut dormir tranquille. Au-delà de 30 % de grappes touchées, " c'est un constat d'échec. Les traitements qui suivront, même s'ils se veulent curatifs, n'empêcheront pas une contamination inacceptable de la vendange ", explique Bernard Molot, de l'IFV. Et entre les deux ? " On considère qu'entre 10 et 30 % de grappes peu touchées, on peut éviter l'explosion avec un programme qui emmènera jusqu'à la véraison. "
Jacques Rousseau, de l'ICV, ajoute : " Le principe de notre règle de décision est transposable à d'autres régions et d'autres cépages, mais les seuils sont à redéfinir pour chaque cas, et surtout pour chaque type de vin souhaité. " Et en n'oubliant pas que ces seuils ne sont valables qu'avec un pulvérisateur parfaitement réglé...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole