Aller au contenu principal

Des espoirs dans la lutte anti-mildiou

Des solutions originales d’anti-mildiou, en biocontrôle, sont en réflexion. Voici trois projets qui pourraient sortir des labos prochainement.

Un escargot qui produit une protéine pour se défendre des oomycètes, un champignon qui sécrète une molécule aux propriétés oomycide, un sucre complexe qui active les défenses de la vigne… Au gré des découvertes de la recherche fondamentale, la viticulture pourrait disposer de nouvelles solutions pour lutter contre le mildiou. Et en biocontrôle qui plus est ! « Nous faisions des recherches sur un escargot qui transmet un parasite à l’homme, Biomphalaria glabrata, relate Christine Coustau, ingénieure à l’Inra de Sophia-Antipolis. La résistance de ses œufs aux bio-agresseurs nous a interpellés. Nous avons voulu en savoir plus. » Les chercheurs ont découvert, dans ces œufs, la présence d’une protéine en forte concentration : la LBP/BPI. Ils ont testé ses effets sur divers organismes vivants, dont des oomycètes. « Au contact de cette protéine, les cellules du pathogène se désintègrent littéralement », explique la chercheuse. Si les mécanismes d’une telle réaction ne sont pas encore connus, des premiers tests en laboratoire ont été réalisés pour appréhender son intérêt sur diverses espèces hôtes.

Des tests déjà encourageants sur la pomme de terre

Le test sur feuilles de vigne n’a pas été concluant en 2015, mais les résultats significatifs en pommes de terre poussent à reconduire l’essai. « Nous avons suffisamment d’arguments pour y croire », assure Christine Coustau. Cette protéine, soluble, pourrait être produite à grande échelle en bioréacteur puis utilisée en pulvérisation foliaire comme préventif et curatif anti-mildiou.

D’un autre côté, Michel Ponchet, lui aussi ingénieur à l’Inra de Sophia-Antipolis, a isolé avec ses collègues une souche de champignon jusqu’alors inconnue. Les spores de cet ascomycète baptisé Y3, une fois mises en contact avec des spores de mildiou, entraînent la mort de ces dernières. « Cela s’explique par la sécrétion d’une molécule que nous avons pu identifier » annonce le scientifique. Des effets sont également observés sur le mycélium. Sur un large spectre d’oomycètes, les tests in vitro ont démontré une efficacité de 100 % à une concentration de 1 mg/l. Pour Michel Ponchet, le potentiel est réel, même s’il ne faut jamais surestimer les tests en laboratoire. « Un brevet a été déposé et quelques firmes nous ont déjà contactés », ajoute-t-il. Plusieurs voies pourraient être imaginées pour exploiter les propriétés de la souche Y3 : pulvériser directement le champignon sur les vignes, le cultiver en bioréacteur pour récupérer un extrait naturel ou encore synthétiser la molécule, ce qui semble faisable.

À Bordeaux, les étudiants de l’université planchent eux aussi sur la problématique du mildiou. « Nous cherchions un thème de recherche pour un concours international de biologie de synthèse. Étant à Bordeaux, c’est naturellement que nous avons pensé au pathogène majeur de la vigne », se remémore Hiba Benmohamed, étudiante. La documentation scientifique les a dirigés vers le curdlan, un sucre produit par des algues, stimulant les défenses des plantes. « Nous avons réussi à faire produire le composé par une bactérie, ce qui a valu à notre projet une médaille d’or à Boston. » Leurs premiers essais du curdlan sur feuilles de vigne en laboratoire sont prometteurs. L’étudiante poursuivra les expérimentations cette année lors d’un stage à l’ISVV.

voir plus loin

Ampelomyces pour lutter contre l’oïdium

Les chercheurs italiens travaillent également sur les agents de biocontrôle. Ils testent depuis plusieurs années et en plein champs, l’effet d’un groupe de champignons, Ampelomyces, sur l’oïdium de la vigne. Leurs conidies sont capables de parasiter les spores de Erysiphe necator et de diminuer de moitié les dégâts sur grappe l’année suivante.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

À l'avenir le choix du porte-greffe pourrait être fait en fonction de son influence sur le pH et l'acidité du moût. © P. Cronenberger
Le porte-greffe de la vigne influence l’acidité des moûts
Des chercheurs australiens ont évalué l’effet du porte-greffe sur l’absorption du potassium. Tous ne sont pas égaux, ce qui joue…
Les bennes à vendange peuvent faire partie intégrante de la chaîne de tri, en plus d'assurer le transport. © Gimbre
Le transport de la vendange au service de la qualité
Les vignerons ont mis un point d’honneur à s’équiper de machines à vendanger et de matériels de chai dernier cri pour maintenir…
Le Bearcub affiche une largeur de 1,32 m.
Un nouveau robot utilisable en viticulture
La start-up californienne Ztractor prépare un tracteur autonome électrique pour les vignes, mais pas uniquement.
[ Coronavirus ] Pas de Vinitech-Sifel au parc des expositions de Bordeaux en 2020
Les trop nombreuses incertitudes liées à la situation sanitaire et économique mondiale ont contraint les organisateurs du…
Le fort pouvoir mellifère de la phacélie est un précieux allié dans les cultures. © Jouffray-Drillaud
La phacélie, une plante alliée du vignoble
La phacélie est une plante utilisée dans certains mélanges d’engrais verts viticoles pour son très fort pouvoir mellifère et sa…
Le moût blanc de noir macère pendant une dizaine de jours sur des marcs rouges issus de vinifications classiques servant à élaborer des cuvées structurées.   © Domaine Zusslin
Un vin rouge fait (presque) comme un blanc
Un domaine alsacien propose une cuvée de pinot noir élaborée à partir d’un blanc de noir repassé sur des marcs de rouges…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole