Aller au contenu principal

Commercialisation des vins
Des côtes du rhône sélection corsée ou sélection fruitée

Afin de clarifier l´offre et de guider le consommateur, Inter-Rhône met en place une nouvelle segmentation pour les côtes du rhône régionaux qui pourront se décliner désormais en sélection corsée ou sélection fruitée.


« En dehors de quelques marques fortes, rien ne permet à l´acheteur devant un linéaire de reconnaître les caractéristiques des vins des côtes du rhône régionaux. Aussi avons-nous décidé de l´aider en segmentant notre offre et en apposant sur l´étiquette, un logo, à la charte graphique précise, indiquant à ce consommateur si le vin qu´il choisit présente une saveur corsée car riche en syrah ou une saveur plus fruitée, grâce au grenache qu´il contient », indique Michel Bernard, président d´Inter-Rhône. L´idée à ce jour, selon les tests menés, semble séduire aussi bien les consommateurs que les acheteurs de la grande distribution.

Inter-Rhône définira les critères à respecter
Reste à tenir les promesses annoncées. « Il est indispensable que nous puissions garantir les caractéristiques de tel ou tel vin. Aussi, chaque année, en fonction du millésime, Inter-Rhône définira les critères à respecter (concentration en anthocyanes, DO 280, degré minimum et acidité maximum pour les vins corsés, degré maximum pour les vins fruités, quantification des esters...). Une convention sera passée avec chaque opérateur. Tout le contrôle se fera par le suivi aval qualité que nous allons renforcer. Nous serons très exigeants. Si le vin analysé ne correspond pas aux critères définis, passé un premier avertissement, l´opérateur incriminé n´aura plus le droit d´utiliser cette classification », précise Michel Bernard. Le packaging de ces vins devra également répondre à des critères minima. « Pas question que le logo soit apposé sur des bouteilles hyper-allégées. »

Ce dispositif va faire l´objet d´une campagne de communication auprès du grand public qui devrait être dotée d´un budget d´au moins 1 million d´euros. Les premières bouteilles ainsi étiquetées devraient faire leur apparition lors des prochaines foires de printemps. « Si en année 1, nous avions entre 5 et 10 millions de bouteilles estampillées, ce serait formidable mais nous avons la volonté d´aller beaucoup plus loin et même à l´export ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole