Aller au contenu principal

Des cocktails de levures pour gagner en complexité

Le multi-levurage à l’aide de Saccharomyces cerevisiae sélectionnées interpelle certains vignerons. Si le pari reste risqué pour les uns, le gain technique et aromatique en vaut la chandelle pour les autres.

« Des vins plus identitaires », « un mélange de saveurs », les qualificatifs ne manquent pas pour évoquer les bienfaits du multi-levurage. Et dans les chais, quelques vignerons emploient d’ores et déjà des cocktails de Saccharomyces cerevisiae indigènes. Mais qui dit biodiversité levurienne ne dit pas fermentation spontanée pour autant. « Quand nous avons entamé cette démarche en 2011, nous voulions utiliser nos propres souches de levures, pour des questions philosophiques. En revanche, hors de question de travailler en spontanée car il y avait trop de risques de Bretts », résume Marie Laroze, maître de chai au château de Pibarnon, dans le Var. Elle s’est alors tournée vers Patrice Daniel, cofondateur de la société Biocéane, qui travaille avec l’œnologue Antoine Pouponneau sur la sélection de levures indigènes. Ensemble, ils accompagnent les vignerons qui le souhaitent vers le multi-levurage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
 © J.- C. Gutner
S’adapter petit à petit à soigner la vigne autrement
Les produits de protection des plantes que l’on connaît classiquement ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Mais il faut…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole