Aller au contenu principal

Gouvernance
Débat autour de l’interprofession nationale

L’interprofession nationale fait figure de proposition clé dans le cadre du plan de modernisation. Verra-t-elle le jour ? Le débat fait rage.

La gestion des vins de table pourrait être assurée par une interprofession nationale. Le négoce la refuse.
La gestion des vins de table pourrait être assurée par une interprofession nationale. Le négoce la refuse.
© C. Galbrun
Le ministère aimerait bien qu'une interprofession nationale voit le jour. « Mais une interprofession ne peut être décidée par l'Etat. Il faut qu'elle émane d'une volonté professionnelle » explique Viniflhor. Il est vrai que l'organisme viendrait à point nommé, au moment où l'office des vins disparaît dans un grand office agricole, que la DPEI devient la direction des territoires et de l'environnement, que les Draf et les Dre fusionnent, que certains ont pensé à transformer le ministère de l'Agriculture en un secrétariat d'Etat, que les Assises de l'Agriculture, qui se sont déroulées à l'automne dernier, militent en faveur d'organisations économiques efficaces... La liste des signaux montrant qu'une interprofession nationale pour la filière vin devient un enjeu, est très longue.

Opposition des négociants
Reste que la filière n'est pas franchement déterminée à créer cet outil interprofessionnel. « Il n'est pas sûr qu'elle soit créée en 2008 »  prévoit Viniflhor. Le principal blocage vient des négociants qui refusent en bloc l'idée même d'une interprofession nationale. « Nos positions sur ce sujet n'ont pas changé depuis deux ans » remarque Michel-Laurent Pinat, délégué général de l'association française des éleveurs, embouteilleurs et distributeurs de vins et spiritueux. Selon eux, les AOC, les IGP et les vins sans indications géographiques (IG) doivent être gérés en région par les interprofessions ou les fédérations interprofessionnelles régionales. L'objectif d'une telle organisation est de gérer le potentiel de production au moyen des affectations parcellaires. « Il faut des engagements clairs des producteurs » explique Michel Laurent Pinat qui insiste sur la nécessité d'améliorer la connaissance des marchés : courant d'affaires, choix économiques réalisés... 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

La matériel de désherbage développé par la société Zasso fonctionne en envoyant un courant électrique à travers les plantes.
Bilan d’une saison de désherbage électrique en vigne
Sylvain Philip, vigneron gardois, a investi en février dans l’un des tout premiers matériels de désherbage électrique intercep de…
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône« J'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
[TAILLE DE LA VIGNE] « Malgré le gel, j'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône, a repris une parcelle non-taillée en avril 2021. Elle a gelé comme ses…
Vignoble côte du Rhône
Production mondiale de vin : la France tombe à la troisième place du podium
Les aléas climatiques, nombreux et intenses en 2021, ont pénalisé la production viticole européenne et particulièrement française…
Le gobelet palissé avec juste deux releveurs permet d'adapter le haut de la vigne aux conditions du millésime. Port retombant en cas de sécheresse, rognage en cas d'humidité.
[TAILLE DE LA VIGNE] « J’adapte mes gobelets palissés selon la météo »
Flavien Nicolas, vigneron à Cairanne, dans le Vaucluse, a planté des vignes en gobelet avec deux fils releveurs, pour s'adapter…
Lors de l'utilisation d'un tracteur enjambeur, il est important de vérifier, en fonction de l'outil attelé, dans quelles conditions de pente (inférieure à 15, 35 ou 50 %) l'engin peut évoluer, afin de garantir que l'arceau de sécurité protégera l'opérateur en empêchant de partir en tonneau.
Tracteurs enjambeurs : l’homologation antirenversement ankylose les livraisons
Bon nombre de constructeurs de tracteurs enjambeurs ont réduit momentanément leur catalogue. La cause est multifactorielle.
[TAILLE DE LA VIGNE] "Changer de mode de taille lors de la conversion bio nous a permis de stabiliser les rendements"
Julien Cuisset, vigneron au Château Grinou, en Dordogne, est passé à la non-taille palissée afin de ne pas amputer ses rendements.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole