Aller au contenu principal

Oenologie
Dans le Languedoc, « la macération carbonique est un outil, pas un dogme »

La macération carbonique, souvent décriée, compte pourtant de nombreux adeptes dans le Languedoc et ce, pour différents cépages. Et notamment lors d´assemblages.


Pratique commune dans le Beaujolais ou dans le Languedoc, la macération carbonique permet au vinificateur d´amplifier l´expression aromatique des raisins. Souvent décriée pour son uniformisation des vins, elle n´en possède pas moins certains atouts et de résolus partisans. Pour Richard Planas par exemple, directeur technique des vins Gérard Bertrand près de Narbonne, le constat est sans appel : « la macération carbonique ne gomme en aucun cas le terroir. Il n´y a pas d´effet d´uniformisation ». Marc Dubernet des laboratoires Dubernet se pose pour sa part en défenseur raisonné : « il est vrai que la macération carbonique donne un côté rustique, ou en tout cas plus méditerranéen que d´autres techniques, mais est-ce un défaut ou une qualité pour nos vins ? Ce n´est pas une philosophie mais un outil. Il ne faut pas en faire un dogme. Utiliser différentes manières de vinifier, c´est s´offrir une gamme beaucoup plus large au moment des assemblages ».
Et Jean Natoli, du groupe Onoconseil & Coe, d´affirmer que « certains détracteurs reprochent le caractère trop particulier des vins jeunes mais cet aspect s´estompe au bout d´un an ou deux. Ces mêmes personnes sont alors incapables de dire si le vin a été vinifié par macération carbonique ou non ».

Un exhausteur de goût pour la syrah
Utilisée autrefois afin d´apporter plus d´expression et de rondeur aux vins de pays issus de carignan, la macération carbonique est désormais utilisée sur d´autres cépages avec d´autres objectifs. « Nous appliquons cette technique sur des vendanges très mûres à petit rendement et ce pour l´ensemble de nos cépages syrah et carignan », explique Richard Planas. « Elle agit sur la syrah comme un exhausteur de goût en donnant parfois des choses trop violentes, indique Jean Natoli. Pour le mourvèdre, la technique apparaît plus facile qu´une vinification traditionnelle. Et pour le pinot et le merlot, les résultats sont intéressants et curieux. Pour le cabernet, par contre, elle donne un caractère trop végétal et ça n´est jamais réussi. Concernant le grenache, les résultats sont variables et dépendent de l´état de la rafle. Trop peu lignifiée, elle induit des goûts végétaux. »

Ainsi, d´apparence simplissime, la technique révèle de nombreuses possibilités et recèle de détails à maîtriser. « Les raisins doivent être effectivement beaux et entiers mais il faut tout de même un peu de jus pour que les levures s´y développent correctement, sinon il faut en faire, explique Jean Natoli. Si on ne sulfite pas, le levurage s´impose. Après, la surveillance est humaine et l´hygiène très importante. Au final, il est vrai qu´il n´y a pas trop de maîtrise technique, et c´est cela qui peut frustrer certains oenologues. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole