Aller au contenu principal

Enquête Ipsos/SudVinBio
Consommation de vins bio : la tendance se confirme

Une étude réalisée par Ipsos à la demande de l'interprofession SudVinBio et dévoilée ce 15 octobre révèle une consommation de vins bio encourageante mais insuffisante pour suivre l'augmentation importante des productions. L'heure est à l'éducation au bio.

Patrick Guiraud, président de SudVinBio : "Le vin bio est bien perçu par le consommateur, mais il réclame plus d'informations."
Patrick Guiraud, président de SudVinBio : "Le vin bio est bien perçu par le consommateur, mais il réclame plus d'informations."
© B. Velut

Bonne nouvelle pour les producteurs de vin bio : le chiffre d'affaire de la filière a augmenté de 15% en un an (et de 66% en 5 ans), et le tiers des 2001 consommateurs interrogés cet été par Ipsos ont déclaré consommer du vin bio "régulièrement "ou "de temps en temps", tout en étant prêts à dépenser 1,50€ de plus par bouteille en moyenne. Cependant, ces statistiques restent stables entre l'étude de 2011 et celle 2013 alors que les surface engagées en bio ont fortement augmenté (+21% entre 2010 et 2012).


"Les incitations du Ministère de l'Agriculture portent leurs fruits, et les viticulteurs ont répondu présent",
s'est réjouit Patrick Guiraud, président de SudVinBio. "Cependant il est plus facile de développer des surfaces que des parts de marché. Nous attendons maintenant de l'Etat qu'il favorise l'éducation des consommateurs à l'agriculture biologique dans son ensemble. Le vin bio suivra. Si l'on veut que la filière soit pérenne, elle doit produire pour répondre à une demande plutôt que de produire d'abord et chercher le client après, d'où la nécessiter de le sensibiliser", a-t-il poursuivi. En effet, les 41% de consommateurs qui déclarent n'avoir jamais consommé de vin bio l'expliquent notamment par un manque d'information et souhaiteraient être renseignés sur leur lieu de consommation. Les cavistes remplissent ce rôle, mais pas les grandes surfaces.

Fait intéressant, la part des 18-24 ans qui consomme des vins bio est plus élevée que pour les vins conventionnels (14% contre 8%). Le respect de l'environnement est la principale cause de leur choix, signe que les futurs consommateurs associent plus facilement le bio au respect de l'environnement que leurs aînés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Le conseil stratégique est un moment d'échange avec le vigneron, qui permet de poser un diagnostic et de donner des orientations pour améliorer l'utilisation des phytos.
Pensez à demander votre conseil stratégique avant de risquer votre Certiphyto
La loi impose aux viticulteurs qui ne sont ni en bio ni en HVE de justifier de deux conseils stratégiques phytosanitaires en cinq…
Les éoliennes verticales que construit Denis Marchand sont constituées de pales métalliques qui animent un mât. Ce dernier est relié à un alternateur.
[Astuce] « J’ai confectionné une éolienne pour mon exploitation »
Denis Marchand est agriculteur à Avançon, dans les Hautes-Alpes, et fabrique ses propres éoliennes pour son exploitation. Voici…
Huit variétés de vigne s'ajoutent au classement
Lors du Conseil spécialisé vin de FranceAgriMer du 12 juillet, huit variétés de vigne à raisins de cuve ont reçu un avis…
En 2021, 2 % des vignes ont changé de mains en 9 410 transactions, pour un total de 1 milliard d'euros. Le prix moyen d'un hectare de vigne en AOP varie de 6 000 euros en AOP coteaux d'ancenis à plus de 7 000 000 euros en AOP bourgogne grand cru en Côte-d'Or.
Le prix des vignes fait le grand écart
Le bilan des ventes de terres viticoles en 2021 dressé par le groupe Safer montre des situations toujours plus hétérogènes quant…
Les trois ceps de gauche, issus d'un bouturage à trois yeux classique, ont un chevelu racinaire beaucoup moins dense que les trois pieds de droite, provenant d'un semis de bourgeons effectué à la même date et dans les mêmes conditions.
Le semis d’yeux, pour régénérer la vigne ?
La multiplication de la vigne par semis de bourgeons serait-elle une solution aux dépérissements ? C’est une piste que testent…
En cas de présence de symptômes de mildiou, il faudra  continuer à effectuer des traitements préventifs avant de nouvelles pluies pour éviter des recontaminations.
Optimiser le cuivre face au mildiou de la vigne
Du fait de leur toxicité sur les microorganismes du sol et les organismes aquatiques, les traitements cupriques doivent être…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole