Aller au contenu principal

Contractualisation
Comment réguler le marché

Construire un partenariat solide entre production et négoce est une idée dans l'air du temps. La réflexion pourrait être relancée avec la proposition de créer un prix indicateur du marché

La crise du secteur laitier a conduit ce secteur à engager des négociations sur les prix. La production viticole voudrait faire de même. Les négociations au sein de l’Anivit doivent débuter en septembre.
La crise du secteur laitier a conduit ce secteur à engager des négociations sur les prix. La production viticole voudrait faire de même. Les négociations au sein de l’Anivit doivent débuter en septembre.
© S. Randé

Chahutés, bousculés par une crise sans précédent depuis la fin des quotas laitiers, les producteurs de lait l'ont réclamé avec force et parfois véhémence : le retour d'une politique de régulation. Confrontés eux aussi à une spirale baissières des prix et suivant l'exemple des laitiers , les coopératives vinicoles, par la voix de leur président Denis Verdier, en appellent également à la régulation et demandent la création d'un indicateur de tendance des prix. Pour Denis Verdier cette demande n'a rien de discordant avec la philosophie actuelle et s'inscrit même dans le virage politique qui s'opère dans le secteur agricole. « Le nouveau ministre de l'agriculture, Bruno Le Maire, a déclaré qu'il fallait mettre en œuvre une régulation de marché en agriculture. Nous sommes satisfaits de ces déclarations car nous ne croyons pas au libéralisme de marché pour notre secteur. La régulation est revenue à la mode, cela va nous permettre de retrouver des marges » explique-t-il. La régulation serait d'ailleurs tellement à la mode qu'un groupe d'expert serait chargé par la Commission européenne de travailler sur la question de la compétitivité dans l'industrie agro-alimentaire. Un des axes de leurs travaux seraient de réfléchir sur les prix des denrées alimentaires, notamment pour moraliser les rapports entre les différentes parties.

En France, l'appel des caves coopératives a été entendu et un groupe d'experts doit se réunir en septembre pour plancher sur la question. Denis Verdier, lui, a déjà une idée claire de ce qu'il entend par indicateur de tendance de prix. Tout d'abord, il s'appliquerait aux vins sans indications géographiques et définirait ainsi la base de la pyramide des prix. Il serait déterminé dans le cadre interprofessionnel, et donc l'Anivit en aurait la charge. « Le prix choisi pour la distillation de crise cette année, à savoir 3,2 d°/hl, pourrait être un bon indicateur de tendance de prix » estime Denis Verdier qui voit dans cet indicateur un moyen de « lutter contre la mécanique du moins-disant et de trouver un garde-fou permettant aux entreprises de jouer sans mettre en péril la filière ». Du côté de l'Anivit, l'idée fait son chemin. « Il est en effet possible de définir des accords sur une période donnée » indique René Moréno, président de l'Anivit, qui insiste sur l'illégalité de toute entente sur les prix. Il estime qu'un prix de 45 euros/hl serait une bonne base de négociation. « C'est un niveau de prix indispensable et vital pour le producteur » indique-t-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Gel : Les vignobles méridionaux trinquent
Les premières estimations de pertes de récolte dans les vignobles de la moitié sud de l’Hexagone se font connaître après un…
Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole