Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Commercialisation
Comment exporter sans soucis administratifs

Le domaine Charles Audoin à Marsannay exporte aux États-Unis. Pour gérer toute la partie administrative, l´importateur est d´une aide précieuse.


Repiqueuse d´étiquettes au pied du bureau prête à inscrire les mentions obligatoires, Cyril Audoin " ne se prend pas la tête " avec la gestion de la paperasse administrative pour exporter ses vins de Marsannay aux États-Unis. Son secret ? Un importateur fiable, en alerte sur toutes les nouvelles réglementations. Il le guide, voire même prend le relais auprès de l´administration américaine.
A l´instar de l´obtention de son numéro FDA (Food and Drug Administration), obligatoire pour exporter aux États-Unis depuis l´adoption par ce dernier du Bioterrorism Act, qui est décerné à la condition d´avoir un représentant aux États-Unis. C´est d´ailleurs souvent l´importateur qui assume ce rôle, comme dans le cas du domaine Charles Audoin. " En 2003, lors de l´instauration du Bioterrorism Act, mon importateur m´a envoyé le numéro FDA, je n´ai pas eu à effectuer de démarches particulières ", se souvient Cyril Audoin. Pour les moins chanceux, l´obtention de ce numéro suppose de passer une bonne demi-heure à remplir le formulaire de la FDA sur Internet.

L´autre document incontournable de l´entreprise exportatrice de vin est le document administratif d´accompagnement qui définit le produit lors de son transit en Europe. Celui-ci peut être rempli par le viticulteur lui-même. Mais le domaine Charles Audoin a opté pour faire appel au correspondant local des douanes. Celui-ci se charge de remplir le document et d´apposer le timbre. Sujet d´inquiétude : la raréfaction de ces représentants locaux dont le nombre a été réduit drastiquement en 2000. Pour ceux qui n´ont pas la chance ou la volonté de faire appel aux correspondants locaux, les douanes distribuent des documents pré-validés ou des machines à timbrer.
La législation impose également des mentions obligatoires à apposer sur l´étiquette, et implique d´utiliser une contre-étiquette, notamment pour le fameux avertissement concernant les femmes enceintes. L´investissement de 3000 euros pour l´achat de la repiqueuse est vite rentabilisé car la machine permet d´imprimer le nombre d´étiquettes au plus juste. Ne reste plus qu´à la faire fonctionner !
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

[Coronavirus] Quelles sont les mesures de confinement à respecter dans le monde viticole ?
Le Président de la République a appelé tous les Français à rester confinés chez eux pour endiguer l’épidémie de Covid-19. Pour…
[Coronavirus] Dois-je fermer mon caveau de dégustation ?
(Mis à jour le 17 mars) La posture a adopter sur le caveau de vente est floue. L'administration estime qu'il peut être ouvert,…
Pour Hubert Gerber, viticulteur en Alsace, les avantages de la viticulture de conservation des sols sont nombreux. © X. Delbecque
Retour sur 10 ans de non-labour
Dans le Bas-Rhin, Hubert Gerber conduit ses vignes en semis direct et en non-labour. C’est pour lui moins de travail et la…
[Covid-19] La MSA rappelle les mesures sanitaires pour pouvoir travailler dans l’agriculture en se protégeant contre le coronavirus

Si le ministre de l'agriculture appelle les citoyens à venir travailler dans les champs malgré le confinement, ce n'est pas…

[Covid-19] Un vigneron élabore du gel hydroalcoolique à partir de ses eaux-de-vie
Face à la pénurie de gel hydroalcoolique utilisé pour limiter l'expansion du coronavirus, Mark Karazs, propriétaire du domaine…
Bernard Farges, président de la Cnaoc
[Covid-19] Bernard Farges, président de la Cnaoc : "Il est urgent de faire circuler l'argent"
Pour la Cnaoc, face à l'impact économique du Coronavirus, l’urgence c’est la trésorerie des acteurs de la filière viticole, afin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole