Aller au contenu principal
Font Size

Commercialisation
Comment exporter sans soucis administratifs

Le domaine Charles Audoin à Marsannay exporte aux États-Unis. Pour gérer toute la partie administrative, l´importateur est d´une aide précieuse.


Repiqueuse d´étiquettes au pied du bureau prête à inscrire les mentions obligatoires, Cyril Audoin " ne se prend pas la tête " avec la gestion de la paperasse administrative pour exporter ses vins de Marsannay aux États-Unis. Son secret ? Un importateur fiable, en alerte sur toutes les nouvelles réglementations. Il le guide, voire même prend le relais auprès de l´administration américaine.
A l´instar de l´obtention de son numéro FDA (Food and Drug Administration), obligatoire pour exporter aux États-Unis depuis l´adoption par ce dernier du Bioterrorism Act, qui est décerné à la condition d´avoir un représentant aux États-Unis. C´est d´ailleurs souvent l´importateur qui assume ce rôle, comme dans le cas du domaine Charles Audoin. " En 2003, lors de l´instauration du Bioterrorism Act, mon importateur m´a envoyé le numéro FDA, je n´ai pas eu à effectuer de démarches particulières ", se souvient Cyril Audoin. Pour les moins chanceux, l´obtention de ce numéro suppose de passer une bonne demi-heure à remplir le formulaire de la FDA sur Internet.

L´autre document incontournable de l´entreprise exportatrice de vin est le document administratif d´accompagnement qui définit le produit lors de son transit en Europe. Celui-ci peut être rempli par le viticulteur lui-même. Mais le domaine Charles Audoin a opté pour faire appel au correspondant local des douanes. Celui-ci se charge de remplir le document et d´apposer le timbre. Sujet d´inquiétude : la raréfaction de ces représentants locaux dont le nombre a été réduit drastiquement en 2000. Pour ceux qui n´ont pas la chance ou la volonté de faire appel aux correspondants locaux, les douanes distribuent des documents pré-validés ou des machines à timbrer.
La législation impose également des mentions obligatoires à apposer sur l´étiquette, et implique d´utiliser une contre-étiquette, notamment pour le fameux avertissement concernant les femmes enceintes. L´investissement de 3000 euros pour l´achat de la repiqueuse est vite rentabilisé car la machine permet d´imprimer le nombre d´étiquettes au plus juste. Ne reste plus qu´à la faire fonctionner !
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
Pour les prochaines vendanges, la MSA recommande notamment d' éviter le travail face à face, d'organiser les départs en décalé et que chaque salarié conserve son seau et son sécateur pour l’utilisation, l’entretien et le nettoyage.  © J.- C. Gutner
Préparer les vendanges en contexte Covid
Dans le contexte sanitaire actuel, l’organisation des vendanges devra sans doute être adaptée pour prendre en compte le risque de…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole