Aller au contenu principal

Australie
A chaque style de chardonnay sa levure

Une étude réalisée par l’AWRI montre que selon la souche de levure utilisée, des profils de chardonnay différents peuvent être obtenus. Ce qui permet ainsi d’adapter le vin à une cible de consommateur donnée

L'AWRI a lancé plusieurs expérimentations afin de trouver des solutions pour ramener les consommateurs australiens vers les vins de Chardonnay plutôt que vers les Sauvignon Blanc néo-zélandais.
L'AWRI a lancé plusieurs expérimentations afin de trouver des solutions pour ramener les consommateurs australiens vers les vins de Chardonnay plutôt que vers les Sauvignon Blanc néo-zélandais.
© C.A Snow & Associates

A l'occasion du Lallemand Tour 2010, Chris Curtin, chercheur de l'AWRI* a présenté quelques résultats d'une vaste étude menée par le centre de recherche australien sur les chardonnays. Dans un contexte de « guerre des cépages » où les sauvignon blanc néo-zélandais supplantent les traditionnels chardonnay australiens, l'AWRI a lancé plusieurs expérimentations afin de trouver des solutions pour ramener les consommateurs vers le chardonnay. Des essais ont notamment consisté à produire des vins de chardonnays différents avec la levure comme unique variable. « Un même moût de chardonnay de la Margaret River a été ensemencé avec des levures différentes : des levures non Saccharomyces qui simulent une fermentation spontanée (LFS), des levures typiques du chardonnay (LTC), des levures neutres (LN), des levures qui favorisent les notes variétales (LV) et des levures aromatiques (LA) », explique Chris Curtin. Les premiers résultats ont notamment montré que chaque typologie de levure donne des chardonnay différents. En terme aromatique, certaines comme les LFS et les LTC ont privilégié la formation de thiols volatils comme le 3MH** donnant des chardonnays aux arômes plutôt fruités. D'autres, comme les LA ont favorisé la production de l'acétate de 3MH*** qui confère des notes plus fraîches voire plus végétales. Il en résulte des profils de chardonnay différents en terme aromatique.

Cibler le consommateur

« En faisant déguster ces différents vins à un panel de consommateurs australiens amateurs de vins blancs, on s'est aperçu qu'aucune catégorie était préférée par la majorité mais qu'il se dégage plutôt trois types de consommateurs », constate Chris Curtin. Le premier segment, dont le profil type de consommateur correspond à un homme d'une cinquantaine d'années avec une expérience du vin significative, préfère les vins fruités sur des notes exotiques et rejette les notes florales. Les levures LFS semblent favoriser ce style de vin. Le deuxième segment (profil type : femme plutôt jeune) se caractérise par le rejet des vins avec des notes de buis et de pipi de chat et préfère des vins avec des arômes de confiserie, bonbon. Pour ces derniers, les levures qui ont favorisé ce style de vin sont les levures dites aromatiques ou plutôt fortes productrices d'esters. Enfin, le troisième groupe préfère des notes buis, pipi de chat dans les vins et rejette les arômes type bonbon, confiseries, amyliques. « Ainsi, l'utilisation de la souche de levure peut contribuer à styler les chardonnay pour une cible précise », indique Chris Curtin. Seul hic soulevé par cette étude : quand un vin était apprécié du consommateur australien il l'associait systématiquement à un sauvignon blanc.

*Australian research institute

** 3-mercaptohexanol (pamplemousse, agrumes)

*** 3-mercaptohexyl acétate (buis, fruits exotiques)

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Le réglage de la profondeur de travail et le centrage sont déterminants pour optimiser le désherbage mécanique. © IFV
Les clés pour réussir le désherbage mécanique en vigne
Adopter le désherbage mécanique du cavaillon est beaucoup plus qu’une simple substitution de technique. Il s’agit d’élaborer une…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole