Aller au contenu principal

Pratiques culturales
Ces 50 % d’exploitations qui surdosent les produits phytosanitaires

Selon une étude menée par l’Inra et l’Université d’Aix-Marseille, près de 50 % d’exploitations pratiqueraient le surdosage des produits phytosanitaires. Des exploitations également plus rentables.

40 % des exploitations viticoles surdosent modérément les pesticides et 10 % surdosent fortement.
40 % des exploitations viticoles surdosent modérément les pesticides et 10 % surdosent fortement.
© j.-C. Gutner

Pourquoi certains viticulteurs consomment trop de produits phytosanitaires par rapport aux prescriptions réglementaires ? Pour répondre à cette question, Geofroy Enjolras, de l’Université d’Aix-Marseille et Magali Aubert, de l’Inra, ont croisé les données du Rica (Réseau d’information comptable agricole) de l’enquête sur les pratiques culturales en viticulture, d’e-phy sur les doses autorisées par intrant et de Météo France. “ Selon nos résultats basés sur un échantillon de 106 exploitations représentatif de la population viticole française, 40 % d’entre elles surdosent modérément et 10 % surdosent fortement ”, constate Geoffroy Enjolras. “ Les exploitations qui surdosent sont plus productives, plus rentables, moins endettées et donc, au final, en meilleure santé financière que celles qui ne surdosent pas. Elles sont aussi de plus petite taille et plus utilisatrices de main-d’œuvre. Elles ont davantage recours à l’assurance récolte. Elles font donc le choix d’une couverture des risques très forte. Il est vrai qu’elles sont aussi plus exposées aux aléas climatiques et donc au développement des maladies de la vigne. Enfin, le matériel de pulvérisation mis en œuvre par ces exploitations est âgé et souvent plus vétuste ou obsolescent. La modernisation du parc de matériel pourrait être ainsi une piste permettant de moins surdoser. ”

“ Le surdosage est directement lié à l’intensité productive de l’entreprise et à ses disponibilités financières lui permettant de se procurer des intrants. "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole