Aller au contenu principal
Font Size

Stratégie
Cahors ambitionne un rebond économique dans les trois ans

Le repositionnement stratégique du vignoble de Cahors est en train de porter ses fruits, estime l’interprofession qui table sur un rebond d’ici trois ans.

 

« On est en train de réussir mais on ne le sait pas encore », indique Jérémy Arnaud, directeur marketing de l'UIVC (Union interprofessionnelle des vins de Cahors). Pour appuyer ses dires, l'interprofession met en avant « la qualité remarquable » des derniers millésimes, les résultats enregistrés à l'export (+3,7 % en volume, + 4,6% en valeur en 2008) et les efforts du négoce pour repositionner le vin de Cahors en grande distribution (en 2008-09, 41 % des volumes achetés sur ce circuit l'ont été à moins de 2 euros contre 44 % en 2006-07). « Nous devons toutefois tout mettre en œuvre pour passer le seuil des 3 euros et ce, d'autant plus que nous avons la qualité pour le faire. Une rencontre est  prévue avec les acheteurs de la GD pour leur expliquer que notre AOC est en train de muter ».

Le vrac repart

Si les cours du vrac sont à la hausse (+ 15 ,6 % en 2008-09 par rapport à la campagne précédente), ils restent en-dessous des coûts de production avec un prix moyen de 79 euros. « C'est très peu, c'est trop peu. Il faut que les négociants se battent non pas sur les prix mais la qualité. A nous de faire valoir le débouché Cahors en tant que tel, de montrer qu'il y a un copyright Cahors. On doit sortir des rapports de force primaire et se fédérer autour d'une vision des potentiels de l'appellation ». Et pour ce faire, l'interprofession mise sur la toute nouvelle bouteille collective qui pour la première fois, porte gravés le nom du cépage et celui de l'appellation dans le même champ visuel. Cette bouteille est destinée aux vins milieu de gamme (de 7 à 14 euros) et ne devra contenir que des vins 100 % malbec. 200 000 bouteilles ont déjà été produites et l'UIVC espère que seront commercialisées 4 millions de ces bouteilles d'ici quatre ans.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole