Aller au contenu principal
Font Size

Filière
Bruno Kessler, président de l´Afed*, réclame la mise en place de Val de France

Que la demande de fixation d´un prix minimum à l´achat à l´hectolitre de vin émane du négoce en a surpris plus d´un. Pourquoi une telle revendication ?


Pourquoi le négoce revendique t-il la fixation d´un prix d´achat minimum/hl ?
Bruno Kessler : Qu´il s´agisse des vignerons, du négoce ou de la distribution, personne ne gagne d´argent actuellement dans la filière viticole. La spirale à la baisse des prix découle d´un problème structurel. Il y a donc nécessité pour en sortir de trouver des solutions structurelles. Encore faut-il être capable d´en débattre dans une ambiance sereine. Or, nous sommes dans une situation très dure, exceptionnelle, qui justifie des mesures exceptionnelles et transitoires. Ne peut-on pas alors, pour une durée limitée, trouver un outil qui permettrait de stabiliser peut-être artificiellement le marché ? Tout le monde doit être conscient qu´il sera très dur de faire remonter le prix de vente au consommateur et que cette tendance à la baisse du prix de vente ne peut qu´entraîner une démobilisation au niveau de l´assurance-qualité. Et, si le consommateur gagne en prix, il perdra en rapport qualité-prix.
Certains doutent de la possibilité juridique de mettre en place un tel dispositif.
B. K. : Dans la filière des fruits et légumes, en évoquant des ventes à perte, des prix anormalement bas, il a été possible d´instaurer un prix minimum. Aux personnels compétents des ministères concernés de plancher sur la question pour être notamment en accord avec la législation européenne. Il y a urgence, même si nous sommes conscients que cette fixation d´un prix minimum n´est qu´une mesurette et qu´il faut vraiment être arrivé à une telle extrémité pour en être réduit à faire cette proposition.
Quelles sont les solutions qu´il faudrait, selon vous, mettre en place ?
B. K. : Nous voulons Val de France c´est-à-dire qu´on nous offre la possibilité d´assembler des vins de pays déjà labellisés par des opérateurs qui ont contractualisé une partie des volumes dont le négoce a besoin pour approvisionner ses marques. Tout a été écrit là-dessus. Sans doute n´est-on pas assez dans la mouscaille pour mettre en place ce produit. Pourtant, ce sont les producteurs les premiers pénalisés par cette absence. Il faudra bien que la filière accepte de reconnaître qu´il y a d´un côté des vignerons rattachés à un système terroir et des négociants rattachés à un système de vins de marque. Le client est roi, dit le dicton populaire. Or, le négoce qui réalise 72 % des ventes de vins, qui connaît les besoins des consommateurs n´est pas écouté par le vignoble qui estime encore que c´est à lui d´imaginer le vin que le négoce doit vendre. Il ne faut pas venir se plaindre que le négoce trouve ailleurs ce dont il a besoin.

* Association française des éleveurs, embouteilleurs et distributeurs de vin et spiritueux.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
Pour les prochaines vendanges, la MSA recommande notamment d' éviter le travail face à face, d'organiser les départs en décalé et que chaque salarié conserve son seau et son sécateur pour l’utilisation, l’entretien et le nettoyage.  © J.- C. Gutner
Préparer les vendanges en contexte Covid
Dans le contexte sanitaire actuel, l’organisation des vendanges devra sans doute être adaptée pour prendre en compte le risque de…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole