Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

A l'orée des vendanges
Bordeaux et Bordeaux sup' : état des lieux.

A ceux qui raillent les bordelais en disant qu'ils annoncent monts et merveilles tous les ans, Hervé Grandeau, président du syndicat des Bordeaux et Bordeaux supérieur, répond tout de go : "2013 ne sera pas le millésime du siècle."

Hervé Grandeau, nouveau président du syndicat des Bordeaux et Bordeaux supérieur
Hervé Grandeau, nouveau président du syndicat des Bordeaux et Bordeaux supérieur
© B Velut

La qualité de la récolte restera néanmoins satisfaisante. "Si les blancs s'annoncent magnifiques, la maturité des rouges restera incertaine jusqu'au bout. Nous verrons le temps qu'il fera ce week end, à l'équinoxe, pour augurer de l'orientation prise par la météo jusqu'à la fin du mois."

 

Côté quantité, même si l'épisode dramatique de grêle du 2 août a fait chuter les prévisions de récolte de 150 000 hL (sur 2 millions) pour les rouges, c'est la coulure qui aura fait le plus de dégâts, avec une perte estimée à plus du double. "Nous attendons un rendement autour de 40-45 hL/ha", poursuit Hervé Grandeau. Ceux qui ont expérimenté le VCI en rouge apprécieront son utilité cette année.

 

Côté stocks, "la situation est assez saine même si elle pourrait être plus confortable. Pour les rouges, nous avons les ratio de stockage les plus bas depuis 10 ans, ce qui aurait mérité une récolte normale, voire 1 ou 2 hL/ha de plus que d'habitude. Pour les blancs, la fin de campagne est très active, et nous devrions arriver à des niveaux satisfaisants." Des négociations sont en cours avec le négoce pour éviter une surchauffe des prix sur les petits volumes attendus.

 

Au chapitre des négociations, l'assurance grêle fait évidemment partie des principales préoccupations. Hervé Grandeau explique le projet : "Nous visons l'établissement d'une assurance récolte mutualisée, avec un plafond minimum de 4500EUR/ha et une franchise de 30%, ce qui coûterait moins de 50EUR/ha au vigneron et qui limiterait la casse en cas d'autre coup dur. Des contacts ont déjà été pris avec deux grandes compagnies."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
Le thym, un bon couvre-sol pour le rang de vigne en terrain séchant
Les premiers essais menés dans le cadre du programme Casdar PlacoHB au lycée de Montreuil-Bellay dans le Maine-et-Loire montrent…
Vignette
Jean-Baptiste Ancelot : "la remise au goût du jour des cépages oubliés est une vraie tendance"
Jean-Baptiste Ancelot est l’auteur de Wine Explorers, un livre où il raconte le tour du monde des pays viticoles…
Vignette
Jérôme Despey réclame un audit de la gestion des aides vitivinicoles
Lors d’une conférence de presse organisée au siège de la FNSEA le 10 octobre, Jérôme Despey a pris sa casquette de président de…
Vignette
Pourquoi les Wine Funders ont-ils envie d’investir ?
Jeudi 19 septembre, la plateforme de financement participatif Wine Funding a donné rendez-vous à de potentiels investisseurs afin…
Vignette
Extension en vue pour le logo CAB
Lancé en 2018 par Sudvinbio pour soutenir les vins d’Occitanie en conversion à l’agriculture biologique, le logo CAB s’étend…
Vignette
Vieilles vignes et grands vins, une affaire de génétique
Les caractéristiques agronomiques des vieilles vignes et la qualité organoleptique de leurs raisins découlent d’une modification…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole