Aller au contenu principal

bordeaux
L'opération Blaye au comptoir de retour à Paris

La 24e édition de l’opération Blaye au comptoir revient à Paris mercredi 6 et jeudi 7 novembre 2019. Une vingtaine de vignerons seront présents dans les établissements parisiens pour échanger avec les consommateurs, et fidéliser leur clientèle de restaurateurs et cavistes.

Nathalie Feydieu, vigneornne au domaien Le Taillou, lors de la 23ème édition de Blaye au comptoir au restaurant le Mesturet, dans le 2ème arrondissement de Paris.
© Blaye côtes de bordeaux

« Un blaye-côtes-de-bordeaux, c’est un vin qu’on n’a pas peur de vendre dans un bistrot », a lancé Alain Fontaine, maître restaurateur au Mesturet, dans le 2ème arrondissement de Paris, lors de la soirée de pré-lancement de l’opération Blaye au comptoir. Durant deux jours, pendant les services du midi et du soir, les vignerons de l’appellation offriront un premier verre aux clients des établissements partenaires. Ces derniers pourront ensuite poursuivre le repas avec le même vin et bénéficier de tarifs préférentiels au verre et à la bouteille. « Cette opération a un double objectif : d’une part elle permet aux vignerons d’échanger en direct avec le consommateur parisien, et d’autre part elle entretient la relation commerciale B to B, et fidélise les clients restaurateurs », a indiqué Émilie Paulhiac, responsable communication du syndicat blaye-côtes-de-bordeaux. Pour Nathalie Feydieu, vigneronne au domaine Le Taillou, l’opération est intéressante si tout le monde joue le jeu. « On donne de notre temps pour parler de nos vins et de notre métier, et en échange, les restaurants nous référencent dans leurs cartes des vins. C’est donnant-donnant ! », a expliqué la vigneronne.

 

Une cuvée pour soutenir l’inscription au patrimoine immatériel de l’Unesco des bistrots et terrasses de Paris

 

Blaye au comptoir

 « La marque de fabrique de blaye-côtes-de-bordeaux, c’est la famille », a déclaré Mickaël Rouyer, directeur du syndicat. Avec 85% des ventes de vins de l’appellation qui se font sur le marché français, les bistrots constituent un circuit de distribution privilégié pour le syndicat. « C’est grâce aux bistrots auvergnats que l’opération Blaye au comptoir est née », a rappelé le président. À ce titre, le syndicat blaye-côtes-de-bordeaux a rejoint « l’Association pour l’inscription au patrimoine immatériel de l’Unesco des bistrots et terrasses de Paris pour leur art de vivre ». L’association, créée en 2018 par Alain Fontaine, bénéficie déjà du soutien d'Anne Hidalgo, maire de Paris et du président de la République Emmanuel Macron. Prochaine étape : convaincre l’administration française...  « Les bistrots et terrasses de Paris sont des lieux d’une grande mixité sociale, ils contribuent au vivre ensemble qui est un levier pour la paix dans le monde », a exposé Alain Fontaine. En témoignage de son soutien, le syndicat a mis au point une cuvée spéciale portant une étiquette aux couleurs de l’association, qui sera servie pendant l’opération Blaye au comptoir.

 

Retrouver les établissements partenaires de Blaye au comptoir à Paris ici

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les vendeurs de phyto ne peuvent officiellement plus vous conseiller depuis le 1er janvier
Désormais la loi interdit aux fournisseurs de produits phytosanitaires de jouer le rôle de conseil tel qu'il existait jusqu'à…
L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole