Aller au contenu principal

Biocontrôle, le déploiement se dessine doucement

Le colloque annuel d’IBMA France (1) qui s’est tenu le 29 janvier a été l’occasion de présenter les résultats d’une enquête sur les attentes vis-à-vis du biocontrôle et d’évoquer lors d’une table ronde, les freins à lever pour soutenir son développement.

Les trichogrammes sont efficaces dans le cadre de la lutte contre les eudémis et cochylis.
© Biotop

Si le biocontrôle s’installe, les pratiques diffèrent beaucoup selon les secteurs agricoles. C’est l’un des points souligné par l’enquête sur les avis et attentes des agriculteurs sur le biocontrôle (2) présentée lors du colloque annuel d’IBMA France. Avec 57 % d’utilisateurs de produits de biocontrôle, la viticulture se place derrière le maraîchage (84 %) et l’arboriculture (65 %) dans cette enquête. Mais dès lors qu’ils utilisent les produits de biocontrôle, les viticulteurs les déploient sur 82 % des surfaces qu’ils exploitent. Ce déploiement est plus faible chez les arboriculteurs (74 %) et surtout chez les maraîchers (53 %). La percée du biocontrôle est encore modérée en grandes cultures (34 % d’utilisateurs) et en polyculture (22 %). À noter que la notoriété du biocontrôle n’est pas totalement établie puisque près d’un agriculteur sur quatre (23 %) dit n’en avoir jamais entendu parler, mais que parmi eux, près d’un sur cinq s’avère en utiliser.

Meilleure image de l’agriculture après des consommateurs

L’enquête révèle que la première motivation (65 %) des agriculteurs pour utiliser le biocontrôle est de réduire l’utilisation des produits phytosanitaires classiques. Les autres motivations sont le respect de l’environnement (61 %), la préservation de la santé de l’applicateur (47 %) et la meilleure image de l’agriculture que ces produits apportent auprès des consommateurs (40 %).

Le coût et l’efficacité, premiers freins à l’adoption des produits

En tête des freins à l’adoption du biocontrôle, les agriculteurs interrogés placent le coût (44 %), puis le manque d’accompagnement et de formations adaptées (41 %), le manque d’efficacité (37 %) et de preuves de cette efficacité (34 %). Les agriculteurs considèrent que la gamme proposée est encore trop restreinte (27 %), que ces produits requièrent trop d’interventions au champ (21 %). Moins nombreux sont ceux qui invoquent la difficulté de les trouver chez les fournisseurs (16 %) ou encore la réorganisation totale des itinéraires culturaux impliquant des changements techniques complexes (16 %).

Plus qu’une simple substitution de produits

Autant de freins qu’il va falloir lever pour tenir les objectifs de déploiement fixés par IBMA France. À savoir, atteindre en 2025 15 % du marché de la protection des plantes en France contre 5 % actuellement. Lors d’une table ronde, Christian Pees, vice président de Coop de France, a livré une première réponse. "Pour la coopération que je représente ici, a-t-il expliqué, l’enjeu est de participer au développement de ces produits, mais comme il ne s’agit pas d’une simple substitution de produits mais d’une révision en grand des itinéraires techniques, nous allons devoir former nos techniciens. " Dans l’étude, 70 % des agriculteurs expriment d’ailleurs un besoin d’accompagnement sur le choix et l’utilisation de ces méthodes alternatives.

Roger Genet, directeur général de l’Anses, a pour sa part plaidé pour que les "dispositifs régionaux de soutien à l’innovation puissent comprendre un accompagnement des entreprises à la préparation des dossiers de demande d’homologation". Reste que le déploiement des produits de biocontrôle dépendra aussi de leur disponibilité et bien entendu du coût de leur mise en œuvre.

(1) IBMA France, l’association française des entreprises de produits de biocontrôle représente 90 % du marché du biocontrôle en France
(2) L’enquête a été réalisée en 2018 pour IBMA France par AgroParisTech auprès de 542 agriculteurs (viticulture, arboriculture, maraîchage, grandes cultures, polyculture) dont 92 viticulteurs (63 en production conventionnelle et 29 en bio).

Une trentaine de spécialités en viticulture

Actuellement, environ trente produits de biocontrôle sont utilisables en viticulture, avec en majorité des substances naturelles (végétales, animales, minérales ou microbiennes), puis 25 % de micro-organismes (bactéries), quelques médiateurs chimiques (phéromones) et un macro-organisme (trichogramme). D’ici à 2020, une vingtaine de nouveaux produits sont attendus. La part des micro-organismes devrait progresser.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Salons de matériel viticole 2022 : les 7 innovations les plus marquantes
Sival, Agrovina, Viti-Vini, Sima, Vinitech… Nous avons couvert de nombreux salons viticoles durant l’année 2022, et y avons…
Bahco, Arvipo et Mage proposent des sécateurs électriques avec une batterie intégrée dans le manche.
Sécateurs électriques viticoles : le sans-fil se taille une place dans les vignes
Le Vitilab a testé pour nous trois sécateurs électriques sans fil du marché. Ces outils ont tous donné satisfaction mais visent…
Les 10 nouveautés équipements viticoles qu'il fallait découvrir au Sival 2023
Le Sival 2023 réserve son lot de nouveautés. Petite sélection concernant le monde viticole.  
Selon les données de l'Axema, Fendt a immatriculé le plus grand nombre de tracteurs spécialisés en 2022, rétrogradant New Holland à la seconde place. Kubota reprend sa place de troisième à Same.
Immatriculations des tracteurs spécialisés 2022 - Fendt retrouve la première place
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2022 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Romain Henrion, consultant viticole, apprécie le rapport qualité/prix des sécateurs sans fil.
Les sécateurs électriques sans fil se déploient dans les vignes
Les premiers sécateurs sans fil commencent à se faire une place dans les vignes. Leurs utilisateurs plébiscitent le très bon…
La taille de la vigne se réalise à l’aide d’un sécateur.
Comment tailler la vigne ? Huit choses à savoir
Pour un bon rendement et une bonne qualité des grappes, il est indispensable de bien tailler sa vigne et à la bonne période.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole