Aller au contenu principal

TECHNIQUE
Bien gérer les résistances au mildiou et à l’oïdium

Dans sa note nationale de gestion des résistances aux produits phytosanitaires du mildiou et de l’oïdium, le groupe de travail(1) qui l’a rédigé attire une nouvelle fois l’attention sur le risque accru de résistance et sur la nécessité de miser sur l’alternance des familles chimiques.

LES CONDITIONS DE RÉUSSITE DE LA LUTTE
CHIMIQUE sont d’autant plus favorables que
sa mise en oeuvre est accompagnée de mesures prophylactiques.
LES CONDITIONS DE RÉUSSITE DE LA LUTTE
CHIMIQUE sont d’autant plus favorables que
sa mise en oeuvre est accompagnée de mesures prophylactiques.
© J.-C. Gutner

Mildiou: Le plan de surveillance de la résistance, organisé chaque année par la DGAL (direction générale de l’Alimentation) et le service de la protection des végétaux, a concerné en 2010 trois groupes d’anti-mildiou : les CAA (regroupant diméthomorphe, iprovalicarbe, benthiavalicarbe, mandipropamid et valifénalate), les benzamides (zoxamide) et les Qil (cyazofamide). Il en ressort que la résistance au groupe des fongicides à base de CAA est toujours installée dans le vignoble. La restriction à une application par an, éventuellement deux, non consécutives, est souhaitable, précise la note qui rappelle également que ces spécialités doivent être utilisées préventivement. Concernant la cyazofamide, seul représentant de la famille des Qil, utilisé pour la première fois pendant la campagne 2010, la présence de souches résistantes provenant de quatre vignobles différents a été identifiée. “ L’expression de la résistance aux Qil, après seulement une année d’emploi de cette famille, est inquiétante et impose une attitude de prudence. Il est donc conseillé, pour 2011, de ne pas dépasser deux applications annuelles, de préférence non consécutives. ” Pour les spécialités à base de benzamides, aucune dérive de sensibilité n’a été décelée. La note nationale rappelle également qu’en 2010, trois nouvelles substances actives ont obtenu une autorisation de mise sur le marché. Il s’agit du fluopicolide, appartenant à la famille des acylpicolides pour laquelle aucune résistance spécifique n’est connue. L’amétoctradine, qui appartient à la famille des pyrimidylamines, pourrait avoir un mode d’action s’apparentant à celui des Qil. “ Une résistance croisée positive avec la cyazofamide n’est donc pas à exclure. Aussi la restriction d’emploi à deux applications annuelles s’applique à toutes les spécialités contenant l’une ou l’autre de ces substances actives. ” Enfin, la troisième molécule autorisée est le phosphonate de potassium dont la notification d’autorisation limite l’utilisation à cinq applications par an.

Oïdium: Deux familles de fongicides ont fait l’objet d’une surveillance en 2010: les QoI (strobilurines, krésoximméthyl, pyraclostrobine, trifloxystrobine) et les IDM. La résistance aux QoI s’est détériorée par rapport aux années précédentes. Des populations contenant des souches résistantes ont été découvertes dans sept nouvelles régions viticoles. Il est donc recommandé de ne pas dépasser une à deux applications maximum par an. En Armagnac, là où le premier foyer de résistance a été découvert, la limitation à une seule application est conseillée. Le suivi de la résistance aux IDM a montré que 30 à 40 % des populations analysées contiennent des souches résistantes. La résistance croisée au sein de cette famille existe. Il est donc recommandé de ne pas utiliser le même IDM sur la saison et de se limiter à trois applications, de préférence deux, non consécutives.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole