Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Réforme
Bergerac demande une révision de son cahier des charges

La nouvelle version des règles de production crée la polémique à tel point qu’une assemblée générale l’ODG est organisée pour étudier la révision du cahier des charges.

Dans un contexte général déjà difficile avec des ventes en berne et des prix au plus bas, sont venues s'ajouter les contraintes imposées par le nouveau cahier des charges de l'AOC bergerac. « La situation était explosive. Les gens allaient arracher sans rien dire alors nous avons voulu secouer le cocotier », explique Eric Chadourne, président de l'Union coopérative Bergerac-Le Fleix, à la tête de cette fronde. L'obligation de planter à 4000 pieds/ha, tandis que Bordeaux se voyait autoriser une densité moindre (3300 pieds/ha), accompagnée d'une baisse des rendements pour l'AOC générique bergerac, « l'une des moins chères de France »,  a fini de mettre le feu aux poudres.
Une pétition a été organisée dans le vignoble qui a recueilli quelque 350 signatures sur un peu moins de 1000 vignerons pour demander la tenue d'une assemblée générale de l'ODG (organisme de défense et de gestion) bergerac en vue de la révision du cahier des charges. Le message a été entendu. Cette assemblée doit se tenir le 23 février. « Cette réaction  ne signifie pas que nous refusons la réforme des AOC mais il est difficile de croire que des contraintes de production supplémentaires vont nous permettre de vendre plus cher. Dans un même bassin de production, cohabitent aujourd'hui Bergerac, Bordeaux et le Marmandais avec des cahiers des charges totalement différents et des niveaux de valorisation qui le sont tout autant alors que les circuits de commercialisation sont les mêmes.  C'est le signe d'un profond malaise », assure Eric Chadourne

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

La boarmie et une chenille arpenteuse qui se confond avec le bois ou les vrilles. © IFV Alsace
La boarmie, mange-bourgeon de la vigne
La boarmie est un mange-bourgeons qui peut attaquer la vigne du stade gonflement des bourgeons jusqu’au stade une feuille étalée…
Première réunion de famille réussie pour les vignobles volcaniques
Jeudi 30 janvier 2020 avait lieu la première édition de Vinora, le salon international des vins volcaniques. Une trentaine de…
Wine Paris et Vinexpo Paris estiment avoir tenu leur « Paris »
Avec 29 280 visiteurs sur trois jours, dont 1/3 d’internationaux, Wine Paris et Vinexpo Paris estiment atteindre leur objectif,…
Les drones en viticultures sont principalement utilisés pour réaliser des cartographies montrant l'indice de végétation NDVI des parcelles. © BIVB
Zoom sur les capteurs de végétation
La viticulture de précision est rendue possible par le développement des capteurs. Voici un point sur leur mode de fonctionnement…
Variété résistante : son nom est UD-31.125
La France bute toujours sur le nom des variétés résistantes faisant référence à un cépage connu, surtout lorsqu’il est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole